C’est officiel : une récente étude publiée par des chercheurs de Frontiers in Plant Science, vient de confirmer que les salades qui poussent dans l’espace, à bord de l’ISS, sont aussi bonnes que celles qui poussent sur Terre. Si les astronautes les goûtent depuis 2015, de nouvelles analyses viennent de vérifier leurs qualités microbiologiques et nutritionnelles.

Les salades de l’espace ont les mêmes qualités nutritionnelles que les salades terrestres

Les astronautes de la Station Spatiale Internationale pourront bientôt se régaler en totale autonomie. Ils sont désormais capables de fabriquer des cookies, de faire pousser des haricots et des salades. Depuis plusieurs années, de nombreuses expériences ont lieu dans l’espace pour savoir si la cuisson dans un environnement spatial est possible.

Si sur Terre cela ne nous pose pas de soucis, dans l’espace, l’air chaud à l’intérieur d’un four ne se propage pas de la même manière que sur Terre. Avec la gravité, la chaleur est mal répartie et les biscuits (comme les cookies testés par les astronautes) ne cuisent pas de manière optimale. Il y également de fortes chances que la pâte à cookies ne reste pas sur la plaque de cuisson mais qu’elle vienne se coller en haut du four. C’est pour cette raison que les astronautes ont testé le four Zero G. Il doit leur permettre de faire face à ces problèmes.

Concernant les légumes, la Station Spatiale Internationale s’est dotée en 2014 d’un système dédié à la culture des végétaux, appelé « système Veggie ». Les astronautes de l’ISS ont donc tenté de faire pousser des salades pendant les deux années qui ont suivies. En 2015, Scott Kelly, Kjell Lindgren et Kimiya Yui goûtaient les premiers légumes cueillis dans l’espace. Aujourd’hui, nous savons avec certitude qu’ils sont aussi bons pour la santé que ceux qui poussent sur Terre.

Comme l’expliquent Christina Khodadad et Gioia Massa, à l’origine de cette étude : « le but de cette étude était de déterminer les effets des conditions environnementales de l’ISS et de Veggie sur la qualité microbiologique et nutritionnelle de la laitue cultivée (à bord) et destinée à la consommation de l’équipage. La clé de ce travail consiste à déterminer la sécurité microbiologique des aliments cultivés sur Veggie ».

Des expériences de plus en plus farfelues à bord de l’ISS

L’ISS est une zone d’expérimentation de plus en plus convoitée. Adidas envoyait récemment des baskets à bord de la Station Spatiale Internationale pour comprendre comment les semelles de ses baskets pourraient réagir dans l’espace. Cette expérience s’appelle « Boost in Space ».

Adidas expliquait à ce propos que : “la microgravité permet d’examiner de plus près les facteurs qui sous-tendent le mouvement et l’emplacement des pastilles, ce qui pourrait améliorer les processus de fabrication ainsi que les performances et le confort de nos baskets”. Reconnaissons-le : c’est également un très bon moyen pour faire le buzz.

On se souvient aussi qu’en juillet 2018, une capsule Crew Dragon avait déjà livré des glaces, des myrtilles, des souris ainsi que CIMON, un robot doté d’une IA, aussi grand qu’un ballon de basket, aux astronautes de l’ISS. Les souris devaient permettre aux scientifiques de mener des expériences sur des bactéries intestinales. Bref, les astronautes ont toujours de quoi s’occuper.