C’est le site spécialisé TechCrunch qui l’a annoncé : Uber vient de licencier 350 de ses employés. Ce n’est pas la première fois que l’entreprise se sépare d’autant de travailleurs cette année, mais pourquoi ?

“Les jours comme celui-ci sont difficiles pour nous tous, et l’équipe de direction et moi-même allons tout faire pour être certains qu’un jour similaire ne se reproduira plus.” C’est avec ces mots forts que Dara Khosrowshahi, PDG d’Uber, a annoncé sa décision via une lettre à ses employés, ensuite reprise TechCrunch.

Plusieurs branches de l’entreprise sont affectées par cette décision : c’est notamment le cas des services de performance marketing, de voitures autonomes, d’Eats, mais également du service de recrutement. Le PDG de l’entreprise a assuré que 70% des licenciements étaient effectués aux États-Unis et au Canada. L’Europe, l’Amérique Latine, le Moyen-Orient et l’Asie sont aussi touchés.

Présentation de l'application Uber Works pour trouver des offres d'intérim

Présentation de l’application Uber Works pour trouver des offres d’intérim. Crédit : Uber Works

Une année difficile pour Uber

Ce n’est pas la première fois cette année qu’Uber a recours à un licenciement massif. Il y a un mois, l’entreprise s’est ainsi séparée de 435 employés de ses équipes d’ingénierie et de produits. Il y a 3 mois, ce sont également 400 employés qui ont été débauchés de l’équipe de marketing.

Uber connaît une année 2019 assez difficile. Au deuxième trimestre, l’entreprise annonçait une perte record de 5 milliards de dollars. Bien que moins élevée, la perte du premier trimestre n’était également pas très reluisante : elle atteignait 1,1 milliard de dollars. Pourtant, le chiffre d’affaires de l’entreprise a augmenté par rapport à 2018, mais c’est son entrée à Wall Street au mois de mai qui s’est avérée compliquée.

Changer les choses

1% des employés de la firme sont touchés par ces licenciements. D’après TechCrunch, cette décision a été prise après que le PDG ait demandé à chacun des membres de la direction si les choses seraient similaires s’ils devaient recommencer à zéro. Dans sa lettre, Dara Khosrowshahi, nommé pour redresser l’entreprise, explique que “cela a engendré des changements difficiles mais nécessaires pour s’assurer que nous avons les bonnes personnes dans les bons rôles”.

Le PDG assure qu’il s’agit de la dernière vague de licenciements de l’entreprise, et que les pertes vont diminuer dans les années à venir. Uber révélera ses recettes du troisième trimestre 2019 le 4 novembre prochain.

En attendant, quelques indices laissent penser que l’entreprise pourrait s’inspirer des super applications chinoises en multipliant le nombre de services proposées dans l’application Uber. Après avoir lancé Uber Works, c’est une application de livraison de produits de tous les jours, Cornershop, qui a été rachetée. Reste à voir si les investisseurs suivront.