Sony lance un fonds d'investissement avec 185 millions de dollars
Technologie

Sony lance un fonds d’investissement avec 185 millions de dollars

Un fonds qui permettra à Sony d’investir au Japon et à l’international

Sony, géant nippon de la technologie, a annoncé le 2 juillet le lancement d’un fonds d’investissement. Baptisé Innovation Growth Fund (IGF), il souhaite lever 163 millions d’euros, soit 20 milliards de Yens. Ils seront utilisés pour investir dans des « industries clés à forte croissance ».

Le départ de Kazuo Hirai en mars 2019 a laissé la place à Kenichiro Yoshida. Ce dernier a d’ores et déjà entrepris de grands chantiers, notamment celui d’un rapprochement avec Microsoft, dans le secteur du jeu vidéo. Étonnant de voir Sony, créateur de la PlayStation, et Microsoft, créateur de la Xbox, se rapprocher. Pourtant, face à Stadia, l’offre de cloud gaming de Google, les deux protagonistes ont besoin de faire front commun.

Il est aussi question pour Sony de développer ses offres dans le divertissement, avec le lancement de films et de séries. Sur un autre secteur, S.Ride, lancé en avril, veut concurrencer Uber au Japon.

Même si Sony possède déjà un fonds, lancé en 2016, l’Innovation Growth Fund est le résultat d’une alliance avec Daiwa Capital Holdings, ainsi que des banques japonaises. Le précédent fonds ne comptait pas moins de 40 investissements, mais le nouveau devrait effectuer des participations avec des montants plus importants. D’où la mise en place d’une alliance.

« Nous pensons que l’intégration de l’expertise de Sony en matière de technologies de pointe et de l’expertise financière de Daiwa Securities Group conduira à la création d’un nouveau type d’activité de capital-risque tout en suscitant de nouvelles tendances dans l’écosystème du capital risque, » explique le géant dans un communiqué.

Cette vision pourrait nous rappeler celle du fonds de SoftBank, également né au Japon. En revanche, il n’investit pas les mêmes montants, puisque l’on parle souvent de montants en milliards de dollars. Notamment 2,5 milliards dans General Motors, 10 milliards dans Uber ou encore 4,4 milliards dans WeWork.

Maintenant, il n’y a plus qu’à attendre de découvrir quelles sociétés seront les premières cibles de l’Innovation Growth Fund. Peut-être les français de Navya, qui viennent de lancer leur navette autonomes sur les routes du Japon.

Send this to a friend