Les Experts Du Siècle, Author at Siècle Digital

Les Experts Du Siècle

Lire la description
Retrouvez ici les tribunes d'experts sélectionnés par Siècle Digital sur une multitude de sujets allant de l'analyse au guide des tendances tout en vulgarisant le contenu.

Selon une étude menée par Avast, les deux tiers des Américains âgés de 3 à 14 ans utilisent un smartphone. Dès leur plus jeune âge, les enfants ont accès à un téléphone portable, une tendance également observée en France. En effet, d’après une étude réalisée par Médiamétrie et publiée par la Mobile Marketing Association (MMA), 37% des enfants possèdent un smartphone à 12 ans. Les jeunes se servent de leur téléphone pour se connecter à une multitude de contenus et à des personnes qu’ils n’auraient pas rencontrées dans des conditions normales. Du fait de l’utilisation répandue des smartphones chez les enfants et les adolescents, les parents sont confrontés à de nombreux problèmes pour les protéger tout au long des différentes phases de l’enfance. Soyons réalistes : ils ne sont pas bien équipés pour relever seuls ces défis, car la technologie continue d’évoluer ; le fait de se munir des outils nécessaires pour bien…

Dans son dernier ouvrage The Four : The hidden DNA of Amazon, Apple, Facebook, and Google, Scott Galloway, analyste du marché américain de renom, évoque l’algorithme T (T pour « trillion », mille milliards). Passionnant tant il est plein de sens, je vous invite à le découvrir et comprendre comment il est utile pour repérer les cavaliers de demain. L’algorithme a été développé par la société d’analyse de marché L2 de Scott Galloway (rachetée par Gartner) afin d’identifier les start-up les plus susceptibles d’intégrer l’élite des sociétés valant plus de mille milliards de dollars : les fameuses licornes. L2 l’utilise pour conseiller les entreprises qui souhaitent investir des capitaux. L’algorithme T s’est construit en analysant les GAFA, appelés ici les 4 cavaliers, qui se caractérisent tous par 8 variables. 1. Différenciation du produit Nous sommes aujourd’hui dans un marché où le produit est roi et où les nouvelles technologies permettent…

La smart city est un écosystème numérique. Les outils de supervision et hypervision ainsi que les bases de données s’y développent afin d’accompagner la transition énergétique et proposer des nouveaux services aux habitants de la ville. Certains industriels ont développé leur propre outil, les grands acteurs mondiaux de l’informatique se sont aussi placés sur le marché, chacun mettant l’accent sur un besoin particulier de la smart city et de l’aménagement urbain. Tour d’horizon des principales plateformes à la disposition des villes du futur. En France, Dijon et Angers s’affichent en pointe pour devenir des smart cities de référence. OnDijon, finaliste d’un concours lors du salon mondial des villes intelligentes de Barcelone en 2018, propose une gestion centralisée et connectée de l’ensemble des équipements publics. L’objectif est clair, il s’agit d’améliorer le cadre de vie des citoyens tout en contribuant à la transition écologique. Auréolée du label French Tech depuis 2015,…

De nombreux jeunes travaillent l’été pour financer leurs études ou se faire de l’argent de poche. Habituellement, ces petits boulots sont dans les secteurs de la restauration, de l’agriculture ou encore de la garde d’enfants. Mais une nouvelle voie rassemble de plus en plus de personnes : le piratage informatique. Une occupation originale, mais controversée. En effet, certains deviennent des (cyber)criminels, d’autres des héros. Un est même devenu millionnaire. La question se pose alors : comment encourager ces talents tout en maintenant des limites ? Le piratage peut renvoyer à plusieurs activités, notamment aider les entreprises à résoudre des bugs ou à trouver des vulnérabilités dans la sécurité de leurs serveurs. De jeunes pirates informatiques s’adonnent cependant à de telles activité sans autorisation, et surtout pour tirer profit de leurs potentiels succès et des informations compromises le cas échéant. Les professionnels et particuliers doivent par conséquent connaitre ces pratiques et…

Avoir des bases en marketing et communication est un pré-requis absolument essentiel lorsqu’il s’agit de préparer une action incluant un visuel. Mais pour autant, si l’on peut tenter de théoriser les lois des couleurs et des formes, il reste relativement compliqué d’appréhender avec exactitude la direction probable du regard des ciblés et leur interprétation. Créer une newsletter est bien souvent une affaire de compromis. On veut souvent y intégrer beaucoup d’informations, tout en conservant une esthétique cohérente et un parcours de lecture efficace. Bien entendu, faire un emailing correctement nécessite une certaine discipline et un sens de la hiérarchisation de l’information. C’est là qu’entre en jeu l’Eye-tracking prédictif. Qu’est-ce que l’Eye-tracking prédictif ? En français, on peut le traduire par “Oculométrie prédictive”. L’oculométrie est le suivi et l’enregistrement des mouvements oculaires d’une personne. En marketing, cela permet de comprendre pourquoi un visuel donné a plus d’impact qu’un autre. L’oculométrie est…

Malgré un changement fort dans les habitudes d’achat des clients, et notamment la digitalisation des interactions, la plupart des entreprises utilisent encore un modèle de segmentation client créé il y a 25 ans, à savoir le modèle RFM. Mais ce modèle a été pensé pour refléter les comportements des consommateurs dans un environnement qui s’est complètement modifié, transformé. Il ne correspond plus aux attentes actuelles et il paraît essentiel et urgent de proposer un nouveau modèle pour le remplacer. Si Christophe Coussen, Consultant en CRM et expérience client, après une longue expérience en retail et en transformation digitale au sein des groupes L’Oréal (DGA du Club des Créateurs de Beauté), 3Suisses, Yves Rocher (Directeur Marketing clients et digital), estime aujourd’hui que « la segmentation cliente issu du modèle RFM a inspiré et inspire encore de nombreux acteurs du retail. Très puissante si elle est bien utilisée et comprise, elle permet notamment…

Un cadre passe en moyenne seize ans en réunion, sur ces seize années, huit ne servent à rien. L’animation de réunion est un exercice exigeant dont malheureusement peu de salariés se forment. Généralement réduite à une simple invitation Google Agenda accompagnée d’un ordre du jour flou, elle aboutit bien trop souvent à une perte de temps pour l’ensemble des personnes présentes et une perte d’argent pour l’organisation. Double peine. Si réussir son meeting est une activité exigeante, elle n’en est pas moins à portée de tous. Elle débute par une préparation chronophage mais indispensable dont l’objectif peut se résumer ainsi : prendre le temps d’éviter d’en faire perdre aux autres. Comment préparer sa réunion ? Quelles questions se poser ? Qui inviter ? Comment les inviter ? C’est ce que je vous explique dans cette vidéo : Une fois la rencontre lancée, les 15 premières minutes sont essentielles : ce…