Certains experts présents à la conférence « Money 20/20 », organisée fin octobre à Las Vegas, ont évoqué la lenteur des autorités américaines dans la mise en place d’une régulation qui encadre les cryptomonnaies. Et pourtant, ce n’est pas la volonté qui manque chez les politiciens. Si en début d’année, le Président des États-Unis, Joe Biden, a annoncé vouloir faire de la crypto-réglementation une de ses priorités, le flou persiste en ce quatrième trimestre.

Une clarté réglementaire à tout prix

Début mars, Joe Biden a signé un décret qui témoigne de sa reconnaissance des actifs numériques et les risques qui y sont liés. En seulement quatre ans, le marché des actifs numériques a gagné en volume. Évalué à 14 milliards de dollars en 2017, il représentait 3 000 milliards en novembre 2021, a souligné la Maison-Blanche.

D’une part, les élus américains, dont les sénateurs Ted Cruz, Kirsten Gillibrand et Cynthia Lummis, n’ont pas tari d’éloges envers le bitcoin. Ils sont d’ailleurs à l’origine d’un projet de loi visant à clarifier le cadre légal de ces actifs numériques. De l’autre côté de la rive, d’autres politiciens se sont ralliés dans le but de freiner l’essor des cryptomonnaies en accentuant sur « les implications substantielles quant à la protection des consommateurs, la stabilité financière, la sécurité nationale et le risque climatique ».

Il faudra pourtant passer par de nombreuses cases avant d’y arriver : une demande de plus de transparence pour les mineurs de cryptomonnaies aux États-Unis, une implication du Trésor américain dans l’élaboration des réglementations, une clarification des rôles de la Securities and Exchanges Commission (SEC) et de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC). L’administration Biden a finalement présenté un projet de loi sur le commerce des crypto-actifs mi-septembre, en complément du décret signé 6 mois plus tôt, rapporte CNBC.

Une réglementation claire des cryptomonnaies avant 2023 ?

À l’issue des élections de mi-mandat, Joe Biden, qui a évité de justesse la claque prédit par les analystes, va probablement se concentrer sur la question des cryptomonnaies. May Zabaneh, vice-présidente des produits de PayPal dans la blockchain, a précisé son attente concernant la réglementation de ces actifs « Il doit y avoir une certaine clarté qui sort, des normes, des idées sur les choses à faire et à ne pas faire et une certaine structure autour de cela. Sinon, cette adoption massive sera vraiment inhibée », relaye Ars Technica.

Kyle Hauptman, vice-président de la National Credit Union Administration, a également tiré parti du salon Money 20/20 pour convier les régulateurs américains à accorder moins d’importance aux inquiétudes concernant les risques liés aux cryptomonnaies. Cette attitude éviterait aux États-Unis le départ massif des partenaires financiers et technologiques dont les produits et services concordent avec les besoins des jeunes générations.