Alors qu’il n’en est même pas encore officiellement propriétaire, Elon Musk envisage déjà de remettre Twitter sur le marché d’ici 3 ans. D’après les informations du Wall Street Journal publiées le 4 mai, il l’aurait annoncé aux représentants de sociétés de capital-investissement qui pourrait l’aider à acquérir le réseau social.

Trois ans et puis s’en va ?

Il s’agit d’une stratégie assez classique pour ce type d’entreprise : racheter une société mal en point, la remettre d’aplomb, souvent au grand dam des salariés, puis la remettre sur le marché au bout de 5 ans.

Ce serait manifestement la stratégie d’Elon Musk pour Twitter. Ce dernier a sollicité des investisseurs qui pourraient participer à sa part des 44 milliards de dollars nécessaire. Une partie de la somme sera récupérée sous forme de prêt et le milliardaire a promis de sortir de sa poche 21 milliards de dollars. Il a déjà commencé à retirer des actions Tesla pour réunir le magot, mais cherche manifestement d’autres moyens de se financer.

Selon le Wall Street Journal, des sociétés de capital-investissement seraient déjà intéressées. Ce plan sous trois ans d’Elon Musk a tendance à s’assurer de l’investissement du milliardaire dans sa future nouvelle entreprise.

Ce dernier a déjà donné plusieurs pistes pour améliorer la rentabilité du réseau social. Il a évoqué une baisse du salaire du Conseil d’administration et des cadres dirigeants de l’entreprise. Des rumeurs courent sur de potentiels licenciements. Le milliardaire a également évoqué la possibilité de faire payer certains comptes, les commerciaux ou gouvernementaux…

Pour le moment aucun projet global précis n’a été dévoilé, il n’est pas dans les habitudes de Musk de le faire. Autant introduire rapidement des changements divulgués au compte-goutte ne surprend pas venant du personnage, autant le retour en bourse de Twitter jure légèrement avec ses discours précédents.

Elon Musk et Twitter : une histoire froidement économique finalement ?…

Elon Musk qui clame son amour pour le réseau social, a parfois dit qu’il ne comptait pas spécialement gagner de l’argent avec. Il semblait également partager en partie la vision du cofondateur de Twitter, Jack Dorsey, faisant de la plateforme une place publique ne devant appartenir à personne et surtout pas à Wall Street.

Évidemment, Elon Musk aura la possibilité de rester actionnaire majoritaire de la société s’il est réintroduit, à l’image de la situation avec Tesla où il est le grand patron. De plus, le milliardaire n’est pas forcément reconnu pour la fiabilité de ses annonces ou le respect des plannings : il avait déclaré un peu vite sur Twitter qu’il avait la capacité de privatiser Tesla.

Pour le moment, la priorité d’Elon Musk est de finaliser l’opération. Il doit encore obtenir l’accord des actionnaires et des autorités de réglementations, ce qui ne devrait pas poser trop de problèmes. Il devrait récupérer les clefs de la plateforme dans le courant de l’année, il aura tout le temps de réfléchir à ce qu’il en fera ensuite.