Pour convaincre les banques de le suivre dans son rachat de Twitter, Elon Musk aurait promis de réduire les salaires des dirigeants de Twitter, ainsi que des membres du conseil d'administration. Il a également précisé qu'il prévoyait de développer de nouvelles fonctionnalités pour monétiser les tweets et améliorer la rentabilité de l'entreprise.

Des baisses de salaires à prévoir dans les prochains mois chez Twitter ?

Pour améliorer la rentabilité de Twitter, Elon Musk a déjà quelques idées. Selon plusieurs sources, le milliardaire aurait tenu un discours aux banques laissant penser qu'il pourrait réduire les salaires des dirigeants de l'entreprise pour faire baisser les dépenses. Musk a finalement obtenu 13 milliards de dollars de prêts garantis par Twitter et un prêt de 12,5 milliards de dollars lié à ses actions Tesla. Il a accepté de payer le reste (environ 18,5 milliards de dollars) avec ses propres fonds.

Ce discours s'apparentait plus à une vision plutôt qu'un engagement ferme, selon les sources, et les réductions de coûts exactes qu'il compte réaliser une fois qu'il sera propriétaire de Twitter restent floues. Le plan qu'il a présenté aux banques était assez peu détaillé. Il a simplement expliqué qu'en supprimant la rémunération des membres du conseil d'administration, il pourrait faire une économie de 3 millions de dollars par an. Elon Musk aurait également mentionné des suppressions d'emplois à venir, toujours dans un objectif de rentabilité.

Pourtant, certaines sources assurent qu'il aurait procédé à l'acquisition sans avoir accès aux détails confidentiels sur les performances financières et les effectifs de l'entreprise. S'agit-il de belles paroles pour rassurer les banques ? C'est une éventualité. En tout cas, Musk aurait déjà trouvé un nouveau directeur général pour Twitter, mais n'a pas souhaité révélé son identité. Il avait précédemment déclaré au président de Twitter, Bret Taylor, qu'il n'avait pas confiance dans la direction de la société.

Elon Musk veut monétiser les tweets

Dans son discours aux banques, Elon Musk a également souligné la faible marge brute de Twitter. C'est la réalité : elle est beaucoup plus faible que celle de ses concurrents, Facebook, Pinterest, Instagram ou encore TikTok. Selon lui, il y a de nombreuses possibilités « pour gérer l'entreprise de manière plus rentable ». Il compte notamment proposer de nouvelles fonctionnalités pour monétiser les tweets.

En effet, il a déclaré aux banques qu'il prévoyait de développer des fonctionnalités permettant d'accroître les revenus de l'entreprise, notamment de nouvelles façons de tirer profit des tweets qui « contiennent des informations importantes ou qui deviennent viraux ». Parmi les idées évoquées, figure la facturation de frais lorsqu'un site tiers souhaite citer ou intégrer un tweet de personnes ou d'organisations certifiées.

Certaines banques ont refusé de prêter à Elon Musk, craignant que son imprévisibilité n'entraîne un exode des talents de Twitter, ce qui nuirait à son activité.