Epic Games vient de déposer une demande d’injonction préliminaire afin d’empêcher Google de retirer l’application Bandcamp de son magasin d’applications. L’éditeur de Fortnite veut décidément en découdre avec les mastodontes de la technologie.

Le Google Play Billing directement pris pour cible

En effet, Epic Games a fait l’acquisition de Bandcamp, un magasin de musique en ligne s’adressant particulièrement aux artistes indépendants, au mois de mars 2022. Si certains ont pu se poser des questions quant aux intentions de la firme derrière ce rachat sortant de son domaine d’activité, le fondateur de Music Business Worldwide, Tim Ingham, a rapidement compris les intentions d'Epic. Comme le note Ars Technica, il a prédit qu'Epic présenterait le modèle économique de Bandcamp comme une alternative viable aux frais de boutique d'applications d'Apple et de Google, et utiliserait sa nouvelle acquisition pour attaquer les propriétaires de magasins d'applications.

Visiblement, cette prédiction devient réalité. Avec ce recours en justice, Epic Games cible le Google Play Billing, une nouvelle réglementation obligeant toutes les applications qui vendent des biens numériques à utiliser le système de facturation de Google Play, ce qui permet à la firme de Mountain View de toucher une commission de 30 % sur ces derniers. Les plateformes non conformes à cette nouvelle mesure commenceront à être retirées du Google Play Store le 1er juin 2022.

Selon Epic, le passage au système de facturation de Google affecterait la capacité de Bandcamp à rémunérer correctement les articles avec lesquels la plateforme collabore. Ces derniers touchent 82 % sur les ventes de Bandcamp, un montant qui devrait changer d’après Epic, puisque Bandcamp devrait également régler une commission à Google. En outre, Epic assure que les artistes devront attendre plus longtemps pour recevoir leur argent ; son système de paiement actuel permet aux artistes d'être payés dans les 24 à 48 heures suivant une vente, tandis que, toujours selon Epic, Google ne paie pas les développeurs avant « 15 à 45 jours après une vente ».

Un smartphone ouvert sur le Google Play Store.

Epic Games s'en prend à une nouvelle réglementation de facturation dans le Google Play Store. Photographie : Mika Baumeister / Unsplash

Le modèle économique de Bandcamp pas en accord avec le Play Store ?

« Si les changements de politique de Google sont maintenus, à partir du 1er juin, nous devrons soit répercuter les frais de Google sur les consommateurs (faisant d'Android une plateforme moins attrayante pour les amateurs de musique), soit répercuter les frais sur les artistes (ce que nous ne ferons jamais), soit gérer notre activité Android à perte de manière permanente, soit désactiver les ventes numériques dans l'application Android », déclare Ethan Diamond, PDG de Bandcamp, dans un billet de blog.

Comme le note Ars Technica, il semblerait que le modèle économique de la plateforme, qui mêle ventes numériques et physiques, avec des vinyles et des vêtements par exemple, n’est ne soit pas en accord avec le Google Play Billing, qui est spécialement pensé pour les achats in-app. D’ailleurs, Bandcamp n’est pas la seule entreprise à rencontrer de telles difficultés : la librairie Barnes & Noble a supprimé la possibilité d'acheter des livres numériques à partir de son application Android, tandis qu'Audible ne permet plus d'utiliser une carte de crédit pour acheter des titres, apparemment pour éviter de payer la redevance à Google.

De son côté, Mountain View a répondu avec véhémence à la démarche d’Epic, et rappelle que Bandcamp bénéficie d’une réduction sur sa facturation :

« Il s'agit d'une nouvelle plainte infondée de la part d'Epic, qui utilise l'application Bandcamp qu'elle vient d'acquérir pour poursuivre ses efforts visant à éviter de payer pour la valeur que Google Play fournit. Nous avons été transparents sur la politique de paiement de Play depuis plus de 18 mois et, comme Epic le sait, Bandcamp est éligible à des frais de service de seulement 10 % par le biais du Media Experience Program de Play - bien moins que les frais qu'ils facturent sur leurs propres plateformes. En dépit de leurs affirmations, l'ouverture d'Android signifie que Bandcamp dispose de plusieurs moyens de distribuer son application aux utilisateurs d'Android, notamment par le biais d'autres magasins d'applications, directement aux utilisateurs via leur site Web ou en tant qu'application de consommation uniquement comme ils le font sur iOS ».

Epic Games a bien préparé son coup

Il semble évident qu’Epic Games a bien préparé son coup et souhaite utiliser Bandcamp comme un levier dans sa bataille contre Google et Apple. En 2020, la firme les a piégés pour les forcer à retirer Fortnite de leur magasin d’applications respectif afin de les poursuivre en justice. L’éditeur de jeux vidéo est un fervent opposant à la taxe de 30 % prélevée par les deux géants de la tech dans leur app store. S’en est d’ailleurs suivi un procès contre Apple, dont Epic n’est pas vraiment sorti gagnant car la firme de Cupertino a gardé son droit de prélever une commission de 30 % sur les achats in-app.

Pour l’heure, l'injonction ne passe pas mais le juge a fixé une conférence de statut entre Epic et Google qui se tiendra le 12 mai prochain.