Aujourd'hui, les plateformes de streaming comme Netflix, Prime Video, Disney+ ou Apple TV+, doivent attendre 3 ans pour diffuser un film après sa sortie au cinéma. C'est ce qu'on appelle la chronologie des médias, un règlement en vigueur depuis la fin des années 80 en France. De nouveaux accords entre les diffuseurs et la filière du cinéma français pourraient réduire ce délai.

Canal+ tire son épingle du jeu

La chaîne cryptée a d'ores et déjà trouvé un accord avec le Bureau de liaison des industries cinématographiques (BLIC), le Bureau de liaison des organisations du cinéma (BLOC) et la Société civile des auteurs, réalisateurs et producteurs (ARP). L'idée est simple : faire évoluer la chronologie des médias, qui oblige aujourd'hui les plateformes de streaming et les diffuseurs à patienter 36 mois après la sortie d'un film au cinéma, pour pouvoir le diffuser. Canal+ a réussi à réduire ce délai à 6 mois pour sa chaîne.

Le groupe français a promis une contribution supplémentaire de 200 millions d'euros pour financer le développement du cinéma français. Un moyen d'obtenir une nouvelle chronologie des médias très intéressante. Ce délai de 6 mois lui permet de garder une longueur d'avance sur ses rivaux américains qui n'ont pas obtenu le même traitement de faveur. Les négociations de Canal+ permettent au groupe de Vivendi de garder l'exclusivité des films pendant 9 mois supplémentaires.

Les plateformes américaines vont aussi bénéficier de cette nouvelle chronologie des médias

En effet, Netflix, Disney+, Prime Video et Apple TV+ devront se contenter d'une fenêtre de 15 mois après la sortie en salles. Moins bien que les 12 mois évoqués depuis un an. C'est tout de même une bonne nouvelle pour les plateformes de SVoD, même si elles doivent encore trouver un accord définitif avec l'industrie du septième art. Ce nouveau délai n'est pas non plus gratuit pour les plateformes américaines. Elles s'engagent à verser entre 50 et 80 millions à l’industrie du cinéma français.

Certaines plateformes américaines pourraient opter pour une autre stratégie. C'est le cas de Disney et de ses 100 millions d'abonnés, qui décide de tout miser sur le streaming depuis quelques mois. Le diffuseur américain songe à arrêter les sorties en salles dans notre pays, au profit de sa plateforme afin de contourner la fameuse chronologie des médias. Frappée de plein fouet par la crise, l'industrie du cinéma a souffert en 2020 et en 2021. Le géant du divertissement américain dit vouloir adapter sa stratégie au nouveau comportement des consommateurs.