Environ un an après la suspension de son introduction en bourse qui s’annonçait historique, Ant Group continue sa restructuration pour satisfaire les attentes de Pékin. Désormais, elle va commencer à différencier les prêts proposés dans le cadre de ses services Huabei et Jiebei.

Les prêts ou la poule aux œufs d’or d’Ant Group

La fintech de Jack Ma est, à l’instar de sa grande sœur Alibaba, l’une des cibles principales du vaste plan de régulation organisé par Pékin à l’encontre des géants technologiques de la Chine. En plus de devoir renoncer à son IPO, elle a également été contrainte de se restructurer en holding financière dans laquelle l’État est actionnaire. Néanmoins, le gouvernement demande bien plus à Ant Group, qui opère l’application de paiement très populaire pour les consommateurs et les petites entreprises, Alipay.

En effet, cette dernière est au centre des préoccupations de Pékin, qui s'intéressent particulièrement aux services Huabei (dépenser) et Jiebei (emprunter). Il faut savoir que les produits liés aux prêts de crédit ont contribué à près de 40 % des revenus d’Ant Group au cours du semestre clos en juin 2020, et que ces deux produits étaient utilisés par près d’un demi-milliard de personnes en Chine, et représentaient près d'un cinquième de l'encours de la dette de consommation à court terme du pays à cette période, note le Wall Street Journal. Or, Ant ne finançait elle-même que 2 % des prêts, le reste étant financé par des banques, des sociétés fiduciaires et des titres adossés à des actifs.

C’est notamment ce manque de transparence que les autorités ont pris pour cible. D’ailleurs, elles ont obtenu gain de cause en septembre dernier en ayant finalement accès aux données du service de prêt Huabei.

Des gratte-ciel à Shanghai.

Alipay est un véritable mastodonte de la fintech en Chine. Photographie :
Li Yang / Unsplash

Plus de transparence

Depuis ce mois de novembre, Ant Group a ainsi commencé à scindé ses produits Huabei et Jiebei afin que seuls les prêts réellement financés par l’entreprise ne puissent pas porter ces noms. Désormais, les lignes de crédit accordées par des banques tierces sont appelées Xinyong Dai. De son côté, Huabei va se concentrer sur les transactions à faible montant, et montrera aux utilisateurs quels prêts sont accordés de manière indépendante par les banques et lesquels par la société de crédit à la consommation d’Ant Group.

« Suite à la différenciation des marques, les utilisateurs qui demandent des services de prêt de crédit auront plus d'informations sur leurs fournisseurs de crédit afin d'éviter toute confusion de marque », précise la fintech.

Cette nouvelle restructuration devrait satisfaire Pékin, dont l’objectif principal est de mieux contrôler les big tech du pays pour atteindre la « prospérité commune ».