Un média soutenu par le gouvernement chinois, Zhejang Daily, a révélé le 2 septembre qu’Alibaba allait investir 100 milliards de yuans (13 milliards d’euros) sur cinq ans dans des initiatives de « prospérité commune » du président Xi Jinping. Une information confirmée par un porte-parole de l’entreprise.

« Prospérité commune », la nouvelle politique de Xi Jinping

L’expression « prospérité commune » a été remise au goût du jour par le puissant président de la Chine, Xi Jinping en août, le 17, à l’issue d’une réunion du Comité central pour les affaires financières et économiques. Elle fait référence à la nouvelle politique de Xi Jinping de réduction des inégalités.

Le Monde rapporte que cette politique est basée sur les travaux d’un économiste, Li Yining. Il désignait en 1994 la philanthropie comme l’un des trois leviers de la redistribution. Xi Jinping, dans un texte publié dans la foulée du Comité central, explique « Nous pouvons permettre à des gens de s’enrichir, puis les guider, afin qu’ils aident les autres à devenir riches ».

Après près d’un an de poursuites et sanctions en tout genre pour leurs gestions des données et abus de position dominante, les géants de la Tech ne se sont pas montrés rancuniers : ils se sont empressés de mettre la main au portefeuille.

Une chance, les dons de la Tech chinoise correspondent aux attentes du gouvernement

Dès le 18 août, Tencent a promis de doubler les fonds destinés à des initiatives sociales pour les porter à 100 milliards de yuans (environ 13 milliards d'euros). Plusieurs milliardaires de la Tech ont également annoncé des dons sur leurs deniers personnels, Zhang Yiming fondateur de ByteDance, Lei Jun de Xiaomi, Wang Xing de Meituan, Colin Huang fondateur de Pinduoduo, une entreprise de commerce en ligne qui défie Alibaba dans les campagnes chinoises…

Frédéric Lemaître, correspondant du Monde à Pékin, note malicieusement que « Comme par hasard, ses priorités correspondent exactement à celles du pouvoir » : soutenir les faibles revenus, soutenir la campagne, l’éducation…

Aucune volonté de Pékin de « tuer les riches »

Han Wenxiu, membre de la commission centrale des affaires financières et économiques a tenu à rassurer lors d’un point presse relayé par Reuters, le but n’est pas de « tuer les riches ». En ce qui concerne les grandes entreprises technologiques et la répression subie, il est seulement question de punir les infractions et comportements illicites, mais pas de les stigmatiser.

Alibaba et Tencent ont chacun déclaré qu’il était normal qu’elles participent à la solidarité collective et au projet « prospérité commune ». Le PDG d’Alibaba, Daniel Zhang, a expliqué que son entreprise « est un bénéficiaire du fort progrès social et économique de la Chine au cours des 22 dernières années. Nous croyons fermement que si la société se porte bien et que l'économie se porte bien, alors Alibaba se portera bien ». Tout va pour le mieux donc.