Les ministres des Finances et gouverneurs de banques centrales des pays du G7 se sont réunis le 13 octobre à Washington pour échanger sur les Monnaies numériques de banque centrale (MNBC). Le communiqué final (pdf) de cette rencontre trace les lignes directrices de cette nouvelle forme de monnaie.

Aucun pays de G7 n’a décidé d’émettre une MNBC

Les MNBC sont perçues comme des compléments aux espèces et « pourrait servir d’actif de règlement liquide et sûr » expose le document. Les membres du G7 reconnaissent l’intérêt de développer des monnaies numériques pour moderniser le système financier et accélérer les paiements nationaux et internationaux, réduits à quelques secondes.

Toutefois cette avancée doit se faire des bases saines. Le communiqué insiste pour que toute MNBC soit « fondée sur nos engagements publics de longue date en faveur de la transparence, de l'État de droit et de la bonne gouvernance économique ». Il plaide pour l’interopérabilité des MNBC, leur efficacité sur le plan environnemental. Selon eux, il en va de « la responsabilité partagée de minimiser les retombées négatives sur le système monétaire et financier international ».

La plupart des pays membres du G7 ont déjà engagé des projets, le Royaume-Uni, le Japon, la France et avec elle Union européenne réalisent des tests, les États-Unis envisagent également de créer un dollar numérique. Pour le moment « Aucune autorité du G7 n'a encore pris la décision souveraine d'émettre une MNBC ».

Les études sur les impacts en termes de politique publique continuent, les travaux du Fonds monétaire international sur l’impact des MNBC sur le système financier international sont salués.

L’importance de normes communes

Le G7 s’accorde sur la nécessité de « normes réglementaires élevées, selon le principe « même activité, même risque, même réglementation », comme c'est le cas pour les formes de monnaie et de paiement couramment utilisées dans nos économies ». Une demande de longue date du Japon au G7.

Tandis que la Chine avance à grands pas pour son propre yuan numérique, le G7 a réaffirmé « qu'aucun projet mondial de monnaie stable ne devrait commencer à fonctionner tant qu'il n'aura pas répondu de manière adéquate aux exigences légales, réglementaires et de surveillance ». Un tacle qui n’en est sans doute pas un, puisqu’il s’agit d’une reprise d’une déclaration similaire du G20, auquel la Chine participe, émise plus tôt dans la journée.

En somme, le message du G7 est de continuer les travaux sur les MNBC, de continuer la coopération internationale sur ces questions pour « garantir des normes communes pour la réglementation des monnaies stables ».