Partout à travers le monde, les autorités antitrust s'attaquent au GAFA pour tenter de reprendre le dessus sur leur dominance écrasante. Aux États-Unis, c'est Google qui a été le principal visé au cours de ces derniers mois. Mais le géant de Mountain View pourrait bientôt laisser sa place peu désirable à Apple. En effet, d'après Joey Levin, PDG de l'entreprise de médias IAC, la firme à la pomme serait la prochaine cible des régulateurs antitrust américains, a-t-il confié à nos confrères de CNBC ce 9 juillet 2021.

Google est sous le feu des représailles

La situation actuelle de Google aux États-Unis n'a rien d'enviable. Le géant de Mountain View est actuellement la cible de quatre plaintes antitrust différentes dans le pays de l'oncle Sam. L'une d'entre elles vise son projet Privacy Sandbox qui a pour objectif d'en finir avec les cookies tiers, en les remplaçant par des outils plus respectueux de la vie privée des utilisateurs. La seconde, engagée par l'État du Texas, remet en doute les pratiques de Google en matière de publicités, et accuse notamment le géant de Mountain View de conspirer avec Facebook. La troisième plainte, quant à elle, s'attaque au moteur de recherche incontournable de Google. Enfin, la quatrième et dernière plainte en date, vise son magasin d'applications, le Play Store.

Les États-Unis, bien décidés à reprendre le contrôle sur les GAFA, semblent avoir concentrés tous leurs efforts sur Google. Pourtant, la donne pourrait bientôt changer. En effet, Joey Levin est persuadé qu'après le géant de Mountain View, ce sera au tour d'Apple d'être dans le viseur des autorités américaines.

Selon Joey Levin, Apple aurait "forcé les entreprises à entrer dans le système"

Dans une interview accordée à CNBC, le PDG d'IAC a notamment expliqué qu'Apple, à bien des égards, était "pire que Google" en matière de questions antitrust, et tout particulièrement sur son App Store. En outre, l'homme d'affaires estime que la firme à la pomme a "forcé les sociétés à entrer dans le système". Il précise : "Ils ont un monopole, il n'y a aucun moyen de le contourner. Et les frais sont exorbitants, et cela se répercute sur tout le monde".

Un constat qu'il n'est pas le seul à partager. Une coalition de plusieurs dizaines d'entreprises s'est justement formée pour militer en faveur d'une réglementation plus juste au sein de l'App Store et du Google Play Store. De son côté, Epic Games n'a pas hésité à porter plainte contre Apple dans plusieurs pays en raison de sa taxe de 30%, jugée bien trop élevée.

Si la firme de Cupertino continue de défendre fermement ses positions en affirmant que l'argent qu'elle reçoit des commissions sert à maintenir un niveau de sécurité optimal sur son App Store, elle a aussi fait une concession en passant sa taxe à 15% pour les petites entreprises au mois de mai 2021.

Un geste qui est loin d'être suffisant aux yeux de Barry Diller, membre du conseil d'administration d'IAC et d'Expedia. À l'annonce de la baisse de taxe, l'homme d'affaires réaffirmait ses positions en déclarant qu'Apple sur-facturait les entreprises "d'une manière dégoûtante". D'ailleurs, rappelons que grâce à cette commission, l'App Store a généré pas moins de 643 milliards de dollars en 2020.

Alors, Apple sera-t-il la véritablement la prochaine cible des autorités de régulation de la concurrence américaines ? L'avenir nous le dira, mais ça semblerait être une suite logique après la concentration massive qu'il y a eu sur Google ces derniers mois.