Si le secteur des véhicules autonomes progresse d’année en année, il faudra encore beaucoup de temps pour que les autorités les approuvent définitivement sur leurs routes. Afin d’obtenir le feu vert toutefois, les entreprises doivent prouver la fiabilité de leurs systèmes… mais comment faire lorsqu’ils ne sont pas autorisés à emprunter toutes les routes comme les autres véhicules ? Waymo a eu une brillante idée pour résoudre ce problème.

L’entreprise-sœur de Google, l’une des plus avancées au monde dans le domaine de la conduite autonome, a ainsi réalisé une simulation de tous les crashs s’étant produits dans le secteur de Chandler dans la banlieue de Phoenix en Arizona, entre 2008 et 2017. Dans tous les cas, la firme a remplacé l’un des véhicules accidentés et de ce fait, conduit par un humain, par l’un des siens fonctionnant sous un logiciel de conduite autonome. Les résultats sont impressionnants : sur les 91 simulations, Waymo a été en mesure d’en « éviter ou atténuer » 88.

La majorité des accidents impliquaient un seul véhicule, mais certains d’entre eux s’étaient également produits entre deux voitures. Dans ces cas-là, l’entreprise a effectué deux simulations avec son véhicule, qui a remplacé les deux impliqués tour à tour. Ainsi, elle affirme que lorsqu’elle a remplacé le véhicule répondant à l'instigateur de l'accident, elle « évitait complètement » 82 % des crashs. Dans 10 % des cas, les manœuvres d'urgence du véhicule Waymo ont permis d'atténuer la gravité de l'accident, en sachant que ces derniers se sont tous produits à une intersection où l'autre voiture a soit tourné à gauche, soit coupé en ligne droite sur le chemin du véhicule Waymo, lui laissant très peu de temps pour réagir, a déclaré l’entreprise.

Une voiture de Waymo avance sur une route entourée d'arbres.

Waymo teste ses véhicules autonomes dans la banlieue de Phoenix en Arizona. Image : Waymo

Trois des simulations ont néanmoins été fatales ; il s’agissait de situations dans lesquelles le véhicule a été percuté par l’arrière. « En cas d'accident par l'arrière, l'intervenant ne peut pas faire grand-chose. Le système de Waymo souffre donc vraiment du même défi que les humains dans ces situations où il est difficile de faire une prédiction assez tôt pour pouvoir effectuer une manœuvre d'évitement », a déclaré Matthew Schwall, responsable de la sécurité chez Waymo.

Pour les accidents où un piéton ou un cycliste a été percuté, soit 20 au total, la filiale d’Alphabet est parvenue à les éviter dans l’intégralité des cas, prouvant l’efficacité impressionnante de son système. Si les résultats n’ont pas été revus par des spécialistes ou partagés dans une revue scientifique officielle, ils montrent la fiabilité du système conduite autonome de Waymo qui a récemment annoncé son projet de construire une ville de toute pièce pour y tester encore davantage ses véhicules.