Waymo ne veut pas faire dans la dentelle. L’entreprise détenue par Alphabet vient d’annoncer la construction d’une « fausse ville » pour tester ses véhicules autonomes. Une « réplique d’une ville urbaine« , c’est comme cela que Waymo définit ce futur décor créé de toutes pièces et qui devrait permettre à l’entreprise d’aller beaucoup plus loin que dans une « vraie ville ».

Waymo se lance dans la réplique d’une ville urbaine

Waymo décide de travailler avec le Transportation Research Center (TRC), une entité américaine spécialisée dans l’étude des moyens de transport. L’objectif pour Waymo : construire une ville entière pour tester ses véhicules autonomes à East Liberty, dans l’Ohio. Cet endroit artificiel doit lui permettre de pouvoir tester différents types de véhicules autonomes : des voitures « classiques », mais aussi des camions autonomes. Des bureaux et des laboratoires seront également construits dans cette nouvelle ville dédiée au développement de Waymo.

Selon le média Gizmodo, l’Ohio est un bon endroit pour permettre à Waymo de réaliser ses tests grandeur nature. En plus des tests habituels, l’entreprise prévoit également de tester ses véhicules sans conducteur dans des scénarios plus inhabituels et plus dangereux : « que l’on ne voit pas souvent sur la voie publique », selon Waymo. On peut imaginer que l’entreprise teste des choses totalement inhabituelle comme éviter les cerfs sur une route de montagne, ou une personne tombant de son vélo au milieu de la route. Une voiture autonome capable de bien réagir en toute sécurité dans l’une de ces deux situations serait impressionnante.

Objectif : faire progresser la dernière génération de véhicules autonomes

À Menlo Park, en Californie, Waymo prévoit également l’ouverture d’un deuxième centre de recherche et de développement. Cette fois-ci, l’accent sera mis sur les camions autonomes. Un porte-parole de l’entreprise a précisé à ce sujet que : « ensemble, ces nouvelles installations nous permettront de faire progresser la dernière génération de notre technologie de conduite entièrement autonome sur de multiples platesformes de véhicules ». Waymo entend bien passer la vitesse supérieure pour assurer la commercialisation prochaine de ses véhicules.

En Californie, les américains pourront très certainement bientôt rouler aux côtés de véhicules autonomes. La California Public Utilities Commission (CPUC) a récemment annoncé qu’elle s’apprêtait à autoriser le déploiement des taxis autonomes, avec ou sans chauffeur, et même à faire payer leurs services. Waymo fait partie de la soixantaine d’entreprises qui pourraient profiter de cette nouvelle réglementation. L’entreprise américaine fait déjà partie d’un cercle restreint de sept structures qui disposent d’un permis, délivré par la CPUC, pour faire circuler des véhicules autonomes. À ce propos, Waymo revenait récemment sur son expérimentation de deux années à Phœnix.