La filiale d’Alphabet spécialisée dans la conception de véhicules autonomes, Waymo, fait le point sur quasiment deux années d’expérimentation dans la ville de Phoenix avec ses engins. Dans ce premier rapport, on peut lire qu’en 21 mois il y aura eu 18 accidents, sans faire de blessé grave et presque tous dûs aux autres usagers de la route.

Le point sur deux années de tests à Phoenix

Ce rapport est la plus grande mine d’informations jamais révélée par l’entreprise américaine spécialiste des véhicules autonomes. On y apprend plein de choses très intéressantes. C’est même le premier rapport officiel d’une société qui produit des véhicules autonomes. Depuis 2016, Waymo a fait le choix de se détacher de Google pour ne communiquer plus que sur son programme de conduite autonome. Ce document est également l’occasion pour l’entreprise de montrer son travail. Une mine d’or pour les analystes du marché mais aussi pour les concurrents.

Comme on peut le lire dans ce rapport, Matthew Schwall, responsable de la sécurité chez Waymo, explique que : « c’est une étape majeure en matière de transparence. C’est la première fois qu’une entreprise automobile autonome publie un aperçu détaillé de ses méthodologies de sécurité, y compris les données sur les accidents des véhicules, lorsqu’elles ne sont pas requises par une entité gouvernementale. Notre objectif est de relancer un dialogue avec l’industrie sur la manière dont la sécurité est évaluée pour ces technologies ».

10,1 millions de kilomètres parcourus

Les données révélées dans ce rapport concernant uniquement les opérations menées à Phoenix entre janvier 2019 et septembre 2020. On apprend beaucoup de détails sur les 600 véhicules que Waymo compte dans sa flotte. Il faut bien différencier les véhicules avec conducteur et ceux sans conducteur. Aujourd’hui les véhicules avec un conducteur de sécurité restent encore la norme.

Au cours de cette période, ils ont parcouru pratiquement 10 millions de kilomètres. Les véhicules sans conducteur ont eux parcouru 105 000 kilomètres. Selon la société cela représente « plus de 500 ans de conduite pour le conducteur américain moyen titulaire d’un permis », s’appuyant sur une étude de 2017 sur les tendances en matière de déplacements réalisée par l’Administration fédérale des autoroutes.

Au cours de ces 21 mois d’expérimentation, les véhicules de Waymo ont été impliqués dans 47 collisions avec d’autres usagers de la route : des véhicules, des piétons ou des cyclistes. Seulement 18 de ces collisions se sont produites dans la vie réelle, tandis que 29 étaient en simulation. Selon Waymo, presque toutes ces collisions étaient de la faute d’un conducteur humain ou d’un piéton. Heureusement, ces accidents n’ont entraîné aucune blessure grave.

D’après le rapport, les accidents les plus courants lorsque les véhicules de Waymo se faisaient percuter par l’arrière. Dans tous les cas sauf un, c’est l’autre véhicule qui était en tort. Il faut préciser que les véhicules autonomes roulent souvent avec une prudence excessive ou d’une manière qui peut frustrer un conducteur humain. C’est justement cela qui peut entraîner des accrochages. Waymo affirme pourtant que ses véhicules ne sont pas plus souvent percutés par que ceux des conducteurs humains.