Deliveroo l’a annoncé : son introduction en bourse se fera, logiquement, à Londres. Une bonne nouvelle pour la City, qui cherche à attirer davantage d’entreprises tech afin de rivaliser avec l’Europe et les États-Unis.

Si cette nouvelle avait été annoncée il y a un an, elle aurait été difficilement croyable. À l’époque en difficulté, la firme a dû en partie être rachetée par Amazon… puis la pandémie de Covid-19 est passée par là. Entraînant un changement conséquent sur le comportement des consommateurs, elle a largement profité à Deliveroo. Au mois de janvier 2021, l’entreprise britannique a ainsi levé 180 millions de dollars et a été valorisée à 7 milliards de dollars, établissant son statut de licorne, c’est-à-dire une startup possédant une valorisation à plus d’1 milliard de dollars.

Prête pour son introduction en bourse, la firme spécialisée dans la livraison a choisi la capitale anglaise, pays qui l’a vue naître. « Deliveroo est né à Londres. C'est ici que j'ai fondé la société et que j'ai livré notre première commande. Londres est un endroit idéal pour vivre, travailler, faire des affaires et manger. C'est pourquoi je suis si fier et enthousiaste à l'idée d'une éventuelle inscription ici », a déclaré Will Shu, fondateur et PDG de Deliveroo.

Pour ses trois premières années, la firme a opté pour deux types d’action, ce qui va permettre à son dirigeant de garder le contrôle durant cette période. Cette méthode est courante outre-Atlantique, avec notamment les mastodontes Facebook et Google qui l’utilisent. Une fois ce délai passé, il ne restera qu’une seule catégorie d’actions. Cette option a été rendue possible grâce à une récente décision du gouvernement britannique qui souhaite attirer des entreprises technologiques à la City, maintenant que le pays a quitté le marché unique européen.

La City à Londres.

La City cherche à attirer des entreprises du secteur de la tech pour rivaliser avec l'UE et les États-Unis. Image : João Barbosa / Unsplash

« Le Royaume-Uni est l'un des meilleurs endroits au monde pour créer, développer et inscrire une entreprise sur une liste, et nous sommes déterminés à consolider cette réputation maintenant que nous avons quitté l'UE. C'est pourquoi nous envisageons des réformes pour encourager encore plus d'entreprises dynamiques et à forte croissance à s'inscrire en bourse au Royaume-Uni », a ainsi déclaré le ministre des Finances Rishi Sunak.

D’après CNBC, les fintech Wise et la firme spécialisée en cybersécurité Darktrace sont, elles aussi, intéressées par la bourse londonienne.