Epic Games mène une véritable croisade contre Apple. Accusant la marque à la pomme de s’adonner à des pratiques anti-concurrentielles, le studio à l’origine de Fortnite n’a pas hésité à porter plainte contre le fabricant de l’iPhone en Australie, aux Etats-Unis, en Europe, et aussi au Royaume-Uni. Malheureusement pour Epic Games, un juge anglais vient de rejeter la plainte, rapportent nos confrères de Zdnet. Il s’agit là d’une première bataille gagnée pour Apple, mais la firme le sait, elle n’a pas encore de quoi se réjouir puisque la guerre est encore loin d’être terminée.

Pourquoi Epic Games porte plainte contre Apple ?

Au travers de son App Store, Apple prélève une commission de 30% sur tous les achats effectués au sein des applications qu’il héberge. Une taxe jugée excessive par de nombreuses sociétés, à tel point qu’elle a laissé place à des mouvements de protestation et a impulsé la création d’une coalition d’entreprises qui milite pour une réglementation plus juste au sein des magasins d’applications.

Au mois d’août 2020, Epic Games a décidé de s’élever contre cette fameuse taxe en proposant à ses joueurs une option de paiement sans Apple au sein de son jeu Fortnite. Suite à cela, la marque à la pomme a alors retiré le battle royale de son store. Dommage pour le fabricant de l’iPhone : il s’agissait d’un piège. Epic Games avait prévu son coup, et s’attendait justement à ce qu’Apple réagisse de cette façon. Un dossier de plainte bien fourni avait déjà été préparé en amont, et cet ultime bannissement de l’App Store a finalement permis de le compléter.

Bien armé et tout aussi décidé à mettre fin à cette taxe, Epic Games a alors déposé plainte contre Apple à échelle internationale pour pratiques anti-concurrentielles : d’abord aux Etats-Unis, puis au Royaume-Uni, en Australie, et plus récemment, auprès de la Commission européenne.

Le Royaume-Uni rejette la plainte

Malheureusement pour Epic Games, les premières retombées de ces poursuites ne lui sont pas favorables, tout du moins au Royaume-Uni. Le juge Peter Roth, alors chargé de l’affaire, a décidé de rejeter la plainte. Dans son rapport, il explique notamment que la branche britannique du groupe Apple « ne fournit pas de support pour les questions technologiques ou liées aux systèmes ». Autrement dit, elle n’est pas responsable des pratiques de l’App Store et par conséquence, elle ne peut pas être poursuivie pour celles-ci. Malgré cela, le tribunal a reconnu que l’affaire était tout à fait pertinente et défendable aux Etats-Unis.

Suite au rejet de sa plainte,  Epic Games a réagi en réaffirmant toute sa détermination : « Nous sommes inébranlables dans notre engagement à mettre fin aux pratiques anticoncurrentielles d’Apple (…) et nous continuerons à nous battre pour une distribution plus équitable des applications au niveau mondial ». Voilà qui a le mérite d’être clair.