Depuis des années, Mark Zuckerberg (Facebook) et Tim Cook (Apple) s'opposent sur des questions fondamentales en matière de protection de la vie privée, mais aussi sur leur vision du futur de l'Internet libre. Des désaccords qui, à mesure du temps, ont grandi pour laisser place à une véritable animosité entre les deux hommes. À tel point qu'en 2018, le fondateur du géant des réseaux sociaux aurait déclaré vouloir "faire du mal" à la firme à la pomme lors d'une réunion privée, a dévoilé le Wall Street Journal.

Mark Zuckerberg ne veut faire qu'une bouchée de la firme à la pomme

Retour en 2018. Cette année-là, le groupe Facebook doit faire face au plus important scandale de son histoire : l'affaire Cambridge Analytica. Attaqué par les gouvernements du monde entier et fustigé dans la presse, le réseau social est dans l'oeil du cyclone et son fondateur, Mark Zuckerberg, subit une pression sans précédent.

Dans la même catégorie

En parallèle, Tim Cook est invité sur une chaîne de télévision américaine à portée nationale pour répondre à une interview. Quand la journaliste lui demande ce qu'il aurait fait à la place de Mark Zuckerberg dans une telle situation, le PDG d'Apple a simplement répondu que sa firme ne se serait jamais retrouvée dans un tel pétrin.

Vraisemblablement agacé par cette énième attaque publique, le patron de Facebook aurait perdu de son calme légendaire et aurait dit à ses employés qu'ensemble, ils se devaient de "faire du mal" à Apple ("We need to inflict pain").

Des désaccords profonds opposent Apple à Facebook

Il faut dire que bien avant l'affaire Cambridge Analytica, Apple et Facebook s'opposaient déjà avec ferveur sur la question de la protection de la vie privée.

Se plaçant en défenseur des données personnelles, la firme de Cupertino a bien souvent émis des critiques publiques quant au modèle économique du géant des réseaux sociaux, qui se base justement sur l'exploitation des données de ses utilisateurs pour le ciblage publicitaire. De son côté, Facebook estime que ce positionnement de la part d'Apple est hypocrite, et qu'il ne sert finalement qu'à embellir l'image de la firme à la pomme afin, d'à terme, noyer la concurrence.

En 2017, un tête-à-tête a été organisé entre Mark Zuckerberg et Tim Cook dans l'objectif d'apaiser les tensions. De toute évidence, ce rendez-vous a abouti à une impasse qui n'a fait que raviver encore davantage l'animosité entre les deux hommes.

Une animosité qui a d'ailleurs atteint son apogée récemment, lorsque Facebook a déclaré vouloir engager des poursuites judiciaires à l'encontre d'Apple pour pratiques anticoncurrentielles. En cause, les nouvelles politiques de protection des données personnelles imposées par la firme à la pomme au travers de l'App Tracking Transparency.

Pour Tim Cook, cet outil a pour objectif principal d'offrir aux utilisateurs une meilleure protection de leurs données privées. Pour Facebook, c'est un danger pour les entreprises qui ne pourront plus compter sur le ciblage publicitaire, et qui se verront désavantagées par rapport aux applications d'Apple. Un avis qui semble en partie partagé par Margrethe Vestager qui a pris la parole pour prévenir la firme de Cupertino : "S’il est démontré qu’Apple ne traite pas ses propres applications de la même manière, l’entreprise risquera des poursuites antitrust", a menacé la commissaire à la concurrence au sein de la Commission européenne.

Manifestement, la situation entre Tim Cook et Mark Zuckerberg ne semble pas prête de se calmer. Reste désormais à savoir désormais jusqu'où seront prêts à aller les deux dirigeants dans leur guerre et surtout, qui obtiendra finalement gain de cause.