Après avoir profité de la fermeture des magasins de proximité, Amazon tire bénéfice des pertes des compagnies aériennes. Pendant la pandémie de Covid-19, ces dernières ont tourné au ralenti, ce qui a entraîné une baisse du prix des avions. Le 5 janvier 2020, dans un communiqué, Amazon Prime Air a annoncé acheter onze Boeing 767-300, pour compléter sa flotte qui compte dorénavant plus de 80 avions.

C’est une grande première pour Amazon qui jusqu’alors achetait ses avions en leasing. « Le fait d’avoir au sein de notre flotte grandissante un mélange d’avions en leasing et achetés, nous permet de mieux gérer nos opérations, ce qui nous aide à tenir nos promesses envers nos clients », déclare dans le communiqué la vice-présidente d’Amazon Global Air, Sarah Rhoads.

Sur les 11 appareils, sept ont été achetés à Delta Air Lines, et les quatre autres auprès de WestJet Airlines. Ceux de WestJet sont en cours de réaménagement pour le transport de fret, et rejoindront le réseau d’Amazon Prime Air en 2021. Du côté des avions Delta, ils rejoindront le réseau de fret en 2022. Dans les deux cas, des sous-traitants seront chargés de l’exploitation.

Le but de l’opération : diminuer toujours plus les temps de livraisons, tout en réduisant la dépendance avec les acteurs de la livraison, comme UPS. « Notre objectif est de continuer à offrir à nos clients américains ce qu’ils attendent d’Amazon, et l’achat de nos propres avions est une étape naturelle vers cet objectif », affirme Sarah Rhoads.

En septembre 2020, Amazon Prime Air obtenait le feu vert de la FAA pour déployer un service de livraison par drone. En novembre, l’entreprise annonçait le lancement d’une plate-forme de correspondance aéroportuaire en Allemagne. La marche vers l’autonomie en termes de livraison avance à grands pas. Dans les prochaines années, la flotte d’Amazon Prime Air devrait dépasser les 200 appareils, et ainsi égaler celle de FedEx.