Selon les informations de Bloomberg, Hyundai serait actuellement en cours de négociations pour racheter Boston Dynamics des mains de Softbank. Une opération dont le montant pourrait atteindre 1 milliard de dollars et qui permettrait au constructeur automobile de tirer profit des innovations de la firme spécialisée dans la robotique pour ses voitures autonomes.

Boston Dynamics : du MIT à Hyundai ?

Née en 2012 des travaux en robotique de Marc Raibert, l’actuel président du MIT, Boston Dyanmics a rapidement suscité l’attention de la communauté tech grâce à ses robot innovants se déplaçant comme des animaux. À tel point qu’en 2013, Google, qui était alors particulièrement intéressé par le secteur de la robotique, a racheté l’entreprise pour un montant estimé à 500 millions de dollars.

En 2017, le géant d’Internet décide de revendre Boston Dynamics au profit de Softbank. C’est ainsi sous la garde de la holding japonaise qu’après des années de développement, le célèbre robot Spot a (enfin) débuté sa commercialisation à grande échelle. Malgré tout, l’entreprise spécialisée dans le robotique peine encore à trouver son modèle économique. À l’heure où nous écrivons ces lignes, et malgré ses huit ans d’existence couplés à son excellente réputation et ses innovations fortes, elle n’a pas encore réussi à réaliser de bénéfices.

C’est dans ce contexte que Softbank serait entré négociations avec le constructeur automobile Hyundai pour lui revendre Boston Dynamics au prix d’1 milliard de dollars. Toutefois, selon les sources de Bloomberg qui ont souhaité préserver leur anonymat, la vente est tout de même loin d’être aboutie : « Les termes de l’accord n’ont pas encore été finalisés, et les négociations pourraient tomber à l’eau », rapporte le journal.

De son côté, Softbank a refusé de commenter l’information. Hyundai ne l’a pas non plus confirmée, mais a assuré explorer « continuellement diverses opportunités d’investissement et de partenariat ». Affaire à suivre.

Hyundai, définitivement tournée vers l’avenir

Hyundai n’a jamais caché sa soif d’innovation. En 2019, l’entreprise dévoilait par exemple l’Elevate, un concept-car tout terrain dont le design et le principe rappelaient déjà étrangement le fameux Spot de Boston Dynamics. La même année, l’entreprise débauchait un ex-ingénieur de la NASA pour diriger sa division « voitures volantes » et présentait un pare-brise basé sur la réalité augmentée pour projeter de la signalétique lors de la conduite.

En acquérant Boston Dynamics, le constructeur automobile pourrait largement tirer profit des innovations de la société spécialisée dans la robotique non seulement pour intégrer ses technologies à ses véhicules, mais également, pourquoi pas, les intégrer à sa chaîne de production. Un modèle qui pourrait enfin mener Boston Dynamics sur le chemin de la rentabilité, tout en propulsant encore davantage Hyundai sur la scène de l’innovation.