Siddharth Breja, ancien directeur financier de Juul, accuse la société d’avoir vendu 1 million de cigarettes électroniques contaminées et affirme que le PDG de l’époque en était informé. Ce procès pourrait faire la lumière sur une mystérieuse maladie qui sévit aux États-Unis depuis plusieurs mois.

Les cigarettes Juul sont-elles à l’origine de cette maladie ?

Au moins 18 personnes sont décédées à cause de la cigarette électronique et 1 000 autres sont touchées par une maladie pulmonaire grave probablement liée à la cigarette électronique. Nous apprenons que Juul, un fabricant de vapes basé à San Francisco qui séduit les jeunes fumeurs, aurait expédié au moins 1 million de cigarettes électroniques contaminées. L’entreprise n’a jamais informé ses clients de ce problème et n’a pas non plus fait de rappel des produits défectueux.

Siddharth Breja à l’origine de cette accusation explique qu’au moment où il en a parlé à Kevin Burns, le CEO de Juul à l’époque, il aurait répondu que : “la moitié de nos clients sont bourrés et ne tiennent même plus debout, qui va remarquer la qualité de nos vapes”. Il y a quelques jours, Juul annonçait vouloir licencier 500 personnes. Cet enchaînement laisse peu de place au doute : Juul a certainement commis une grave erreur qui pourrait bien être à l’origine de cette fameuse maladie pulmonaire.

Certains États ont décidé d’interdire les vapes

Depuis le mois de septembre, l’État de New York a interdit la vente de cigarettes électroniques aromatisées. Depuis plusieurs années, les vapes se sont banalisées chez les jeunes. Andrew Cuomo, gouverneur de l’État de New York a d’ailleurs justifié cette mesure d’urgence de cette manière. Selon le ministère de la Santé, 25% des élèves du collège et du lycée sont consommateurs de cigarettes électroniques.

C’est 160% de plus qu’en 2014. Le vrai problème ce sont les arômes. Ces derniers donnent l’impression aux jeunes consommateurs que les vapes ne sont pas dangereuses. De plus, ils pourraient contenir des produits chimiques extrêmement mauvais pour la santé.

Juul prépare sa défense

En février 2019 Siddharth Breja explique qu’il a une fois de plus fait part de ses inquiétudes lorsque l’entreprise s’apprêtait à expédier des cigarettes électroniques périmées : elles avaient plus d’un an. Il aurait demandé aux équipes concernées d’indiquer une date de péremption mais cela n’a pas été pris en compte. De son côté, Kévin Burns a Burns nie en bloc : “en tant que CEO, j’ai demandé à la société de faire d’énormes investissements dans la qualité des produits et les faits montreront que cette affirmation est absolument fausse et pure fiction”.

Un porte-parole de Juul a déclaré que : “nous nous défendrons vigoureusement contre les affirmations sans fondement de Breja. Cet homme a été licencié parce qu’il n’avait pas démontré les qualités de leader nécessaires dans son rôle. Les allégations concernant les problèmes de sécurité des produits Juul sont également sans fondement, et nous avons déjà enquêté sur le problème de fabrication sous-jacent et déterminé que le produit répondait à toutes les normes en vigueur”.