Buffer, société spécialisée dans l’accompagnement des marques sur les réseaux sociaux, a publié une étude complète sur l’analyse du média Instagram, et en particulier sur la fonctionnalité Stories lancée en aout 2016.

Pour ses recherches, la société s’est associée à Delmondo, spécialiste dans l’analyse des données sur les réseaux sociaux pour le compte des grandes marques.

Pour Buffer et Delmondo, le réseau social Instagram offre aux entreprises une occasion unique de capter l’attention directe du public et de ses clients. Cette conclusion est rendue possible grâce à l’analyse de plus de 15 000 stories Instagram publiées par 200 des plus grandes marques mondiales.

Voici plusieurs résultats issus de l’étude Buffer.

Publier sur Instagram Stories : quand, où, comment ?

Pour les marques, poster du contenu sur les réseaux sociaux reste souvent un casse-tête. Faut-il publier beaucoup pour augmenter sa visibilité ? Ou l’inverse ?

L’étude de Buffer révèle que la publication d’un à sept contenus sur Instagram Stories est la longueur de publication optimale pour une marque. Au-delà de sept, le taux de visionnage du contenu chute à moins de 70%.

Après sept stories, le taux de completion tombe à moins de 70%

Après sept stories, le taux de completion tombe à moins de 70% Source : Buffer.

Afin de maximiser la portée des stories, Buffer conseille aux marques de publier hors des heures de travail. L’étude révèle les meilleurs moments pour mettre en avant du contenu :

  • Entre 4h et 6h
  • Entre 8h et 10h
  • Entre 12h et 14h
  • Entre 20h et 22h
Les meilleurs moments pour publier des stories sur Instagram

Les meilleurs moments pour publier des stories sur Instagram. Source : Buffer.

L’autre enseignement de cette étude est que la longueur d’affichage des publications à une corrélation positive sur les indicateurs de portée du contenu. Les données montrent qu’il est possible d’accroître sa visibilité et son nombre d’impressions (de vues) en augmentant son contenu sur Instagram Stories.

Focus sur les meilleures pratiques

Dans une étude de 2018 publié par Delmondo, le constat est sans appel : plus de personnes quittent une storie Instragram sur le premier ou le dernier écran. Cela signifie qu’il faut absolument soigner son premier écran, pour ne pas perdre l’attention de l’internaute. Buffer conseille aux marques de miser sur un récit qui retient l’attention et donne envie d’en voir plus au fil des écrans.

En plus d’un contenu attrayant, il faut qu’il soit simple. La publication de graphiques statiques, de photos ou courtes vidéos explicatives surpassent le taux d’engagement des longues vidéos professionnelles par exemple.

Pour faire simple, voici quelques idées :

  • Utiliser une image de fond pour contextualiser rapidement le récit
  • Faire des écrans courts pour transmettre un message
  • Décorer avec un minimum de logos et de graphiques pour rendre le tout lisible

Exemple de contenu publié par Airbnb. Source : Buffer

Des contenus attrayants et courts donc, mais qui ne seraient pas réellement utiles pour les marques si ces dernier n’utilisent pas des barèmes pour les analyser. C’est le dernier conseil délivré par Buffer. La société conseille aux grandes marques de collecter plusieurs données provenant de leurs récits afin de tirer le meilleur parti de ce canal de diffusion. Taux d’impressions, longueur des stories, nombres d’écrans… rien ne doit être laissé au hasard pour améliorer sa visibilité sur le réseau social le plus en vogue du moment. 

Les stories sont, par ailleurs, dotées de plus en plus de fonctionnalités : un sticker pour insérer un compte à rebours et depuis le début du mois de juillet, un sticker Join Chat. De quoi développer la créativité des marques… et leurs arguments commerciaux !