cyberharcèlement : toute l'actualité sur siecledigital.fr

cyberharcèlement

Malgré les récentes prises de conscience des géants de la Tech, les réseaux terroristes ont pendant longtemps divulgué de la propagande en ligne sans être inquiétés. Dès à présent, Facebook commence à prendre des mesures pour réguler ces pratiques. Toutefois, si ce problème tend à se résoudre d’autres persistent. D’après l’association e-Enfance, 8 enfants sur 10 entre 11 et 13 ans ont déjà vu une image pornographique sur Internet. Le logiciel de contrôle parental. Les entreprises concernées commencent à faire bouger les choses, à l’image du géant du jeu mobile Supercell qui annonçait le mois dernier son partenariat avec Internet Matters, afin d’aider les enfants à jouer en ligne en toute sécurité. Le quotidien écossais Daily Record évoquait dernièrement une loi visant à empêcher les moins de 18 ans à regarder du porno en ligne. Malgré les efforts mis en place par les gouvernements et entreprises, une surveillance accrue des…

L’imagination d’un être humain peut être débordante quand il s’agit de braver un interdit, et cela dès l’enfance. Certains enfants privés de réseaux sociaux se servent de la plateforme collaborative Google Docs pour discuter avec leurs amis, comme le montre l’article publié par Lifehacker. Ces adolescents auraient pu être salués pour leur ingéniosité, si toutefois quelques utilisations n’étaient pas si malveillantes. Si Google Docs propose un grand nombre de fonctionnalités, l’utilisation de la messagerie n’est pas ce pourquoi il a été conçu. De nombreux parents bloquent l’accès aux réseaux sociaux de leurs enfants pour qu’ils se concentrent davantage sur le travail scolaire ou encore pour qu’ils évitent le côté sombre de ces plateformes. Néanmoins, certains parents ont remarqué que leurs enfants se servent de Google Docs pour contourner cette interdiction et communiquer avec leurs amis. Avec cette feuille de travail ouverte à l’écran, les parents pensent que l’enfant est en…

Amnesty Internationnal et Element IA viennent de dévoiler une nouvelle étude sur l’ampleur des abus en ligne envers les femmes, notamment sur Twitter.Pour la réaliser 6 500 femmes de 150 pays se sont portées volontaires et ont permis aux deux sociétés d’analyser des milliers de tweets. Cette année, Twitter a fait beaucoup d’annonces. Plus de 70 millions de comptes ont été suspendus entre mai et juin.  La société développe également diverses techniques pour limiter les discours haineux et racistes.Par exemple, lorsqu’un tweet va être signalé, ce dernier sera clairement mis en évidence, ceci dans le but d’offrir une transparence totale aux utilisateurs. Les résultats de l’étude souligne cependant le manque de transparence de l’entreprise dans la manière de déterminer un abus. Tout au long de l’année et au travers de l’étude, c’est 1,1 million de tweets abusifs qui ont été envoyés aux femmes, soit un toutes les 30 secondes environ.…

Il s’agit d’un nouveau logiciel développé par Facebook. Celui-ci permettrait de détecter le contenu abusif de manière automatique. C’est grâce à cette technologie, que récemment, 8,7 millions d’images d’abus faits sur des enfants ont été supprimées au cours des trois derniers mois. Facebook lutte depuis toujours pour accélérer les processus de suppression de contenus illicites. The Guardian précise que la responsable de la sécurité mondiale de Facebook, Antigone Davis, s’est exprimée à ce sujet sur leur blog officiel « ce nouveau logiciel automatique nous aide à hiérarchiser et à classer le contenu abusif pour mieux le gérer ensuite ». Le nombre d’images abusives supprimées est énorme et met la lumière sur le travail méticuleux que doit exercer Facebook au quotidien. L’annonce de la mise en place de cette nouvelle technologie n’est pas une surprise et devrait aider les modérateurs. Facebook envisagerait d’ailleurs d’appliquer ce même outil à Instagram dans un futur proche. En revanche, le…

Twitter limite la visibilité des « trolls ». La plateforme a annoncé sur son blog la mise en place d’une fonctionnalité par défaut qui masquera les commentaires de ces internautes dans les conversations Twitter. Souvent accusé de laxisme vis-à-vis du harcèlement ou des violences en ligne, Twitter décide de filtrer davantage ses contenus. Désormais les commentaires des trolls, ces comptes qui commentent les publications pour créer des polémiques seront masqués. Pour pouvoir les lire, il faudra cliquer sur « afficher plus de réponses » ou alors paramétrer son compte pour voir tous les contenus. Les comptes des auteurs de ces tweets ne seront cependant ni bloqués, ni supprimés. Depuis le 1er mars, le PDG de Twitter, Jack Dorsey, tente d’assainir son réseau social, « nous nous engageons à améliorer la santé collective, l’ouverture et la civilité des conversations publiques. » Avec cette mesure, le réseau s’attaque à un type de contenu inapproprié particulièrement difficile à contrer. La…

Courant décembre 2015, Marine Le Pen avait publié sur Twitter des images très crues montrant des exécutions menées par l’État Islamique. Plus récemment c’est une histoire de cyberharcèlement de grande ampleur qui semble animer la toile avec la diffusion d’image compromettante d’une jeune lycéenne (ndlr : les nom et prénom ont été retirés). Plus que jamais, il était nécessaire que Twitter mette à jour son règlement concernant la « liberté d’expression » sur son réseau social. Si depuis longtemps le réseau social a été critiqué pour ses largesses concernant les abus, insultes et autres contenus pouvant soit choquer, soit être considérés comme du harcèlement, du nouveau va arriver. Le 30 décembre, Twitter a publié sur son blog une note annonçant une mise à jour de son règlement. Cette mise à jour a pour but de clarifier ce que le réseau social considère comme un comportement abusif ou une conduite haineuse.…

Send this to a friend