cyberharcèlement : toute l'actualité sur siecledigital.fr

cyberharcèlement

Le réseau social de l’image veut donner plus de pouvoir à ses utilisateurs. Pour cette raison, Instagram vient d’annoncer la mise en place de deux nouvelles mesures. La première utilise l’intelligence artificielle et fera réfléchir un utilisateur sur le commentaire qu’il s’apprête à rédiger. La seconde permet tout simplement de restreindre les followers ennuyeux. Deux mesures pour lutter contre les commentaires haineux C’est sur son blog, que le réseau social a publié ces deux nouvelles fonctionnalisés. Il semblerait qu’Instagram veuille en finir avec les commentaires douteux et offensants. L’un de ces deux outils utilisera l’intelligence artificielle pour faire réfléchir un utilisateur qui s’apprête à poster un commentaire avec des insultes ou des propos douteux. L’IA questionnera la personne à l’origine du message, en lui demandant de vérifier son contenu. Instagram pense que cette double vérification peut donner l’occasion à l’utilisateur, de repenser ses propos. La seconde mise à jour consiste…

TikTok a failli perdre son principal marché en termes d’utilisateurs. La haute cour de Tamil Nadu, un état indien, avait fait interdire l’application dans tout le pays, parce qu’elle exposerait les mineurs au cyberharcèlement et à la pornographie. Fort heureusement pour TikTok, l’interdiction a été levée à peine une semaine après sa proclamation suite à la décision d’un tribunal d’État indien. Ce sont les avocats impliqués dans l’affaire qui ont fait cette déclaration dans un article de Reuters mercredi. Les responsables de TikTok ont dû avoir des sueurs froides. Pendant un peu plus d’une semaine, TikTok était inaccessible sur le Google Play Store et l’Appstore en Inde. Ce marché représente 300 millions d’utilisateurs pour l’application chinoise de partage de vidéos. Chaque jour d’interdiction a coûté 500 000 $ à son propriétaire ByteDance. En conséquence, à la levée de l’interdiction, les responsables de l’application se sont montrés très enthousiastes. Un porte-parole…

Si vous possédez un compte Twitter, vous avez sûrement dû voir passer le hashtag #LigueDuLOL dans votre fil d’actualité ce week-end. La Ligue du LOL, c’est un groupe Facebook créé il y a une dizaine d’années sur lequel les membres sont accusés d’avoir harcelé de nombreuses personnes. C’est Vincent Glad qui est à l’origine de ce groupe. Il réunit des journalistes, des professionnels de la communication, essentiellement parisiens. Vincent Glad, actuellement journaliste à Libération, explique l’objectif d’un tel groupe. « C’est un groupe d’amis Facebook, comme tout le monde en a ». Alexandre Hervaud, autre journaliste du quotidien complète les propos de son collègue « On y faisait des blagues, un travail de veille, c’est d’un commun absolu, il n’y a jamais eu, à l’intérieur de ce groupe, d’obsession antiféministe. On se moquait de tout, et tout le monde ». Curieusement, au bout de quelques années, certains membres ont décidé de tout simplement quitter le…

Alors que les médiaux sociaux ont permis de libérer la parole des femmes avec le mouvement #metoo ou encore #balancetonporc, ils sont également utilisés à de mauvaises fins. Selon une étude menée par la marque de maquillage Rimmel, et relayée par LSA, une femme sur quatre y serait harcelée en raison de son apparence. Des chiffres inquiétants Il y’a peu, Instagram, mais aussi Facebook, ont renforcé leurs outils de censure pour lutter contre le harcèlement. À la vue de cette étude inquiétante, on comprend mieux pourquoi. Outre le fait que 1/4 des jeunes femmes aient été cyberharcelées, 22,8 millions d’entre-elles ont souffert de comportements auto-destructeurs (troubles alimentaires, mutilations) suite à un cyberharcèlement. De plus, elles ont été 51% à arrêter d’essayer de nouveaux looks suite à des problèmes de cet acabit, sans aucun doute pour ne plus être des cibles … Des problèmes qui touchent aussi les hommes Selon l’étude,…

Apparu il y a plus de 10 ans, les réseaux sociaux sont aujourd’hui un réflexe pour de nombreux Français. En 2017, 38 % des Français s’y connectaient chaque mois et les consultaient en moyenne pendant 1h22 chaque jour. Parmi les plus accros, les adolescents qui utilisent majoritairement Snapchat (92 %), YouTube (81 %) et Instagram (70 %). Pour les parents, ces sites sont adaptés à l’usage des adolescents et développent la créativité et la socialisation. Pourtant, des risques existent. Sur les réseaux sociaux, la rentrée s’annonce prometteuse. Au programme : cyberharcèlement et arnaques. Sur les plateformes de réseautage, quelles sont les menaces ciblant spécifiquement les adolescents ? Comment protéger les jeunes des risques cyber ? Quel rôle doivent jouer les parents ? « Pour gagner cet iPhone dernier cri, une chose à faire. Likez et partagez ce post ! » L’offre parait alléchante et pour cause : il s’agit d’une arnaque. Une…

Il est de notoriété publique que Twitter a du mal à gérer certains débordements qui résultent directement d’une utilisation abusive de la plateforme et de ses failles. Entre les trolls et les lynchages publics qui, eux, sont bien en place, il est difficile pour le réseau social de s’atteler au grand nettoyage. Et finalement, Twitter a commencé à s’activer en 2016, avec entre autres la création d’une fonction « mute » ayant pour objectif de lutter contre le harcèlement. Cette semaine, Twitter a déclaré que les efforts et services mis en place commençaient à porter leurs fruits de manière non-négligeable. Twitter a partagé ses données avec devant des journalistes, et voici les résultats : – En 2017, le réseau social a pris des mesures contre 10 fois plus de comptes que durant l’année 2016 ; – Les blocages survenus après une mention faite par un utilisateur que vous ne connaissez…