Instagram vient d’annoncer le lancement de deux nouveaux outils pour lutter contre le cyberharcèlement dans les messages privés (DM). Ils vont permettre aux personnes publiques d’être mieux munies face aux vagues de haine qu’elles peuvent parfois recevoir.

Car si le réseau social a pris de nombreuses mesures pour endiguer le cyberharcèlement, force est de constater que ce fléau continue de pulluler sur la plateforme. Au mois de février, l’application a décidé de bannir les comptes ayant des comportements abusifs dans les DM après que plusieurs footballeurs aient témoigné des messages racistes qu’ils recevaient. Instagram confiait alors que la lutte contre le cyberharcèlement dans les DM était complexe, car elle n’utilise pas la même technologie pour détecter les messages abusifs que dans les commentaires.

Désormais, la filiale de Facebook va encore plus loin : les personnes victimes de cyberharcèlement vont ainsi avoir la possibilité de bloquer de manière préventive tous les comptes créés par une seule et même personne ayant déjà été bloquée pour comportement dérangeant. La plateforme n’a toutefois pas spécifié de quelle façon elle s’y prenait pour déterminer si un compte appartient à la même personne.

Captures d'écran de smartphones démontrant un nouvel outil d'Instagram pour lutter contre le cyberharcèlement.

Désormais, les utilisateurs pourront bloquer tous les comptes créés par une personne ayant été bloquée pour cyberharcèlement. Image : Instagram

Le second outil consiste en une sorte de filtre permettant aux utilisateurs de directement enlever de leur liste de DM les messages contenant des mots, phrases ou émojis spécifiques. Ces derniers ont été choisis par Instagram en partenariat avec des organisations luttant contre le harcèlement et les discriminations. Les utilisateurs auront également la possibilité d’ajouter les mots qu’ils souhaitent filtrer.

Les messages offensants seront ensuite placés dans un nouveau fichier où les textes seront masqués, permettant ainsi de les supprimer sans avoir besoin de les lire au préalable. Il sera toutefois possible de cliquer dessus pour les lire et ainsi les signaler à Instagram. Ce nouvel outil sera déployé dans plusieurs pays, mais la plateforme n’a pas spécifié lesquels exactement.

Malgré ces différentes mesures, le réseau social est sous le feu des critiques, notamment depuis que Facebook a annoncé son ambition de créer un Instagram destiné aux enfants de moins de 13 ans, faisant craindre le pire à des associations qui ont demandé l’abandon du projet.