L’entreprise de fabrication de composants électroniques Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) a radicalement changé le paysage de l’Arizona avec la construction de ses usines de fabrication des puces. C’est un article récent du média Nikkei Asia qui a révélé les mutations de l'État américain depuis l’arrivée du plus grand fabricant mondial de semi-conducteurs.

L’implantation de TSMC a changé le paysage de l’Arizona

La visite du président américain, Joe Biden, en décembre dernier et l’annonce de la volonté de s’implanter durablement aux États-Unis, notamment par la construction d’une seconde usine, vont dans le sens des changements déjà apportés depuis peu en Arizona. L’arrivée de TSMC en 2021 sur le sol américain a accentué la vente des biens immobiliers près de Phoenix, dans la partie nord de la ville alors pratiquement désertique.

Concrètement, d’après TSMC, son investissement aux États-Unis va permettre la création de milliers d’emplois. Cet afflux est clairement un atout pour Phoenix qui a toujours ambitionné de devenir le « désert du silicone » c’est-à-dire une version aride de la Silicon Valley en Californie. Actuellement, il y a un peu plus de 100 000 emplois liés aux semi-conducteurs en Arizona. Un chiffre en constante augmentation selon Nikkei Asia.

TSMC voit grand pour son avenir

Un élément a probablement joué dans la balance concernant le choix du géant taïwanais d’investir un peu plus aux États-Unis : le CHIPS Act. En effet, cette nouvelle loi américaine qui a pour objectif de renforcer la production des semi-conducteurs permet d’apporter un soutien aux entreprises grâce à des subventions pouvant aller jusqu’à plusieurs milliards de dollars.

Certes la nouvelle loi peut aider financièrement les entreprises mais elle encourage aussi la fabrication des puces les plus avancées. Dans ce contexte, sur toile de fond de pénurie de semi-conducteurs, TSMC voit tout de même grand puisque sa seconde usine va construire les puces les plus petites et les plus puissantes du monde (3 nm). Ces dernières pourront profiter à des firmes comme Apple. Un beau challenge pour le géant taïwanais qui vient tout juste de commencer la production des puces 3 nm à Taïwan.

Malgré la bonne dynamique de l’entreprise qui est portée notamment par de gros investissements, la précédente tentative de TSMC de s’implanter sur le sol américain a échoué. Cette fois-ci, l'entreprise et ses employés semblent optimistes quant à l’avenir de l’usine.