SpaceX vient de dévoiler Starshield, une version de Starlink spécialement dédiée aux gouvernements. L’entreprise observe le potentiel de son réseau Internet par satellite dans le secteur militaire, et compte bien capitaliser dessus.

L’usage de Starlink a grandement évolué

L’objectif premier de la constellation Starlink était d’apporter un réseau Internet haut débit dans les zones les plus reculées du monde. Depuis plusieurs mois toutefois, les satellites sont utilisés par les soldats ukrainiens pour combattre les forces armées russes, démontrant les capacités et possibilités du réseau offertes dans un contexte militaire.

Par ailleurs, l’U.S. Space Force, branche de l’armée américaine établie par Donald Trump, est un client habituel de SpaceX pour le lancement de ses satellites en orbite, tandis que l’U.S. Air Force a signé un contrat d’1,9 million de dollars avec l’entreprise pour déployer Starlink dans ses bases militaires en Europe et en Afrique. Le mois dernier, le Pentagone a testé le réseau dans l'Arctique, rapporte The Verge. Le lien de la constellation avec le gouvernement américain est tel que la Chine s’en inquiète, et réfléchit à une manière de le mettre hors d'état de nuire en cas de conflit.

La société d’Elon Musk, elle, a décidé d’exploiter le potentiel de son réseau, alors que la Commission fédérale des communications (FCC) vient de lui octroyer le droit de lancer 7 500 satellites supplémentaires en orbite basse.

Page d'accueil de Starshield sur le site de SpaceX.

Capture d'écran : SpaceX.

Comment va fonctionner Starshield ?

Sur son site Internet, SpaceX présente désormais Starshield, un réseau destiné à l’usage des gouvernements. « Starshield exploite la technologie Starlink et la capacité de lancement de SpaceX pour soutenir les efforts de sécurité nationale », explique la firme. Le réseau se base sur trois axes distincts : l'imagerie, les communications et les « charges utiles hébergées », ces dernières permettront aux clients de personnaliser le corps du satellite en y ajoutant les capteurs et le matériel dont ils ont besoin.

Si Starlink offre déjà le chiffrement de bout en bout des données utilisateurs, Starshield disposera d'éléments de sécurité supplémentaires pour répondre « aux exigences gouvernementales les plus strictes ». SpaceX explique également que les communications laser intersatellites, dont elle dispose actuellement pour connecter ses satellites Starlink, pourront être ajoutées à des satellites « partenaires », de manière à connecter les systèmes gouvernementaux d'autres entreprises au réseau Starshield. SpaceX se chargera en outre de construire les antennes au sol, de lancer les satellites et d’opérer le réseau dans l’espace.

Pour l’heure, la société n’a pas dévoilé le prix de l’abonnement à Starshield, mais ce nouveau réseau démontre l’ambition de SpaceX à diversifier son offre Internet. Pour rappel, elle souhaite que ses réseaux lui rapportent, dès 2025, 30 millions de dollars annuels.