Trump signe une directive qui fait de la Space Force la 6ème branche de l'US Air Force
Technologie

Trump signe une directive qui fait de la Space Force la 6ème branche de l’US Air Force

Alors que le président américain rêvait d'une Space Force indépendante, elle sera finalement une partie intégrante de l'US Air Force toute puissante.

Lors du Conseil national de l’espace, en juin dernier, Trump exprimait sa volonté de voir la Space Force comme une section indépendante de l’US Air force. À cette époque, le lanceur Falcon Heavy de SpaceX remportait un contrat avec l’US Air Force. De son côté, Trump voulait que la Space Force soit l’égale de l’US Air Force. Mais hier, le président américain signait sa quatrième directive en matière de politique spatiale. Celle-ci concerne bien la Space Force, mais elle ne sera pas indépendante comme le prévoyait à l’origine Trump. La Space Force américaine devient la sixième branche de l’US Air Force.

Juin 2018 : « nous allons avoir une Force aérienne et une Force patiale, séparées, mais égales. Ça va être quelque chose de bénéfique pour notre pays, j’en suis convaincu. » Voici les mots du président Trump il y a moins d’un an à propos de l’organisation de la Force spatiale. Depuis les fonctionnaires du ministère de la Défense ont préconisé d’intégrer la Space Force directement dans l’US Air force pour éviter des coûts trop élevés.

De nombreux législateurs avaient exprimé leur opposition à la création d’une Force spatiale indépendante. Concrètement, aujourd’hui la Space Force intègre l’US Air Force au même titre que le Marine Corps est géré par l’US Navy. L’administration « espère que cette étape est la première avant la création d’une branche distincte ». Même avec cette nouvelle configuration, le Congrès américain  va devoir accepter de financer la restructuration d’un tel département.

« Le ministère de la Défense s’est démené pour faire avancer ce projet. Leur idée de départ était de créer un département séparé de l’US Air Force, mais en cours de route, ils ont statué sur la viabilité d’un département à part et sur ce qui ferait que le projet soit voté ou non par le Congrès. Leur conclusion est celle que nous connaissons tous aujourd’hui. » Voici la déclaration de Brian Weeden, directeur de la planification des programmes à la Secure World Foundation, qui se concentre sur les opérations et les politiques spatiales.

Send this to a friend