Des chercheurs chinois se sont penchés sur les dangers potentiels représentés par la constellation de satellites Starlink de SpaceX en cas de conflit. The Development Status of Starlink and Its Countermeasures a été publié en avril dans la revue Modern Defence Technology (il est désormais inaccessible).

Les relations entre SpaceX et l’armée américaine sont scrutées

Théorique, le document a été dirigé par Ren Yanzhen, chercheur Institut de suivi et de télécommunications de Pékin, dépendant de l’Armée populaire de libération (APL) et co-écrit par plusieurs scientifiques de l’industrie chinoise de la défense. Selon le South China Morning Post, qui a repéré la publication « il est difficile de savoir dans quelle mesure leur point de vue représente une position officielle de l'armée ou du gouvernement chinois ».

Dans cet article, les auteurs dressent le bilan de Starlink et son potentiel militaire. Ils notent, « Tout en fournissant des services commerciaux, cette constellation géante recèle un grand potentiel d'applications militaires ».

Les chercheurs détaillent plusieurs collaborations avec l’armée américaine. Starlink a « connecté à grande vitesse divers équipements militaires aériens et terrestres via les satellites Starlink lors d'exercices de tir réel » et devrait prendre part aux capacités américaines de détection des armes hypersoniques.

Autre constat, la constellation, sans cesse perfectionnée, peut fournir des moyens de communication fiables aux unités de combats ainsi qu'une surveillance constante de lieux stratégiques. Il pourrait également être très utile pour guider facilement des drones ou l’aviation américaine.

Cette capacité militaire fait d’autant plus frémir les chercheurs chinois que Starlink serait très difficile à détruire. Comme l’a expliqué Elon Musk lui-même à Business Insider dans le cadre de la guerre en Ukraine, « Si vous tentez de mettre hors service Starlink, ce n'est pas facile, car il y a 2 000 satellites. Cela signifie beaucoup de missiles antisatellites ».

Si un État devait tout de même tenter de détruire des appareils à coups de missiles, la Chine a déjà prouvé qu’elle en avait les moyens, Musk estime « que nous pouvons lancer des satellites plus rapidement qu'ils ne peuvent lancer des missiles antisatellites ».

La résilience de Starlink inquiète en Chine

Les auteurs de l’article partagent ce constat. Détruire individuellement ces petits appareils serait trop coûteux et contre-productif à cause des débris spatiaux générés.

Ils écrivent, « La constellation Starlink constitue un système décentralisé. La confrontation ne porte pas sur des satellites individuels, mais sur l'ensemble du système. Cela nécessite des mesures à faible coût et à haute efficacité ».

Le maître-mot des contre-mesures envisagées c’est la surveillance. La Chine doit améliorer son système de surveillance pour avoir à l’œil tous les appareils de Starlink. Une problématique valable en temps de paix. En décembre 2021 le pays a accusé deux satellites de Starlink d'avoir menacé sa station spatiale habitée, Tianhe. L'Empire du Milieu doit également être capable d’identifier ceux qui sont utilisés par l’armée américaine, en récupérant des données sur les lancements, les événements spatiaux anormaux.

Pour mettre formellement hors service la constellation dans sa globalité, aucune mesure précise n’est suggérée. L’article constate simplement qu’il est « nécessaire de poursuivre le développement des technologies pertinentes et des capacités d'élimination, de renforcer la planification stratégique dans l'espace, de développer vigoureusement des contre-mesures et d'adopter une combinaison de méthodes d'élimination douce et dure pour certains satellites dans un état anormal ».