La Chine estime qu’elle sera en mesure d’effectuer ses premiers vols de tourisme spatial d’ici trois ans. Le pays affirme en outre qu’il disposera des mêmes capacités que le secteur spatial privé américain dans une dizaine d’années.

Une expérience similaire à celle de Blue Origin

« Avec l'affinement du modèle économique, la Chine devrait commencer à effectuer des voyages suborbitaux en 2025 », a ainsi déclaré Yang Yiqiang, qui a été directeur général du projet de fusée Longue Marche 11 en 2018 et fondateur d'une société soutenue par le gouvernement et baptisée CAS Space, dont la mission est d’explorer l'utilisation commerciale des fusées.

L’entreprise a conçu une fusée à un étage similaire à New Shepard, celle de Blue Origin, l’entreprise de Jeff Bezos, qui a d’ores et déjà transporté des touristes à 100 kilomètres d’altitude au-dessus de la Terre. Le voyage opéré par la firme chinoise devrait d’ailleurs être très semblable à celui de Blue Origin : d’une durée d’une dizaine de minutes, jusqu’à sept touristes pourront se rendre au-dessus de la ligne de Kármán, qui définit la limite entre l’atmosphère terrestre et l’espace. Ils pourront admirer la courbure de la Terre avant que la capsule ne se sépare du lanceur. Ensuite, ce dernier rentrera dans l'atmosphère et effectuera un atterrissage en douceur grâce à ses propres moteurs, tandis que le vaisseau spatial déploiera ses parachutes avant de se poser. Des vols d’essai seront effectués en 2023.

« Avec le développement rapide de la technologie spatiale, un voyage dans l'espace pour les gens ordinaires n'est plus un fantasme mais devient une réalité. Un voyage dans l'espace offrira aux touristes une toute nouvelle expérience », a-t-il continué. CAS Space a en outre signé un accord de coopération avec la plus grande société publique de voyage du pays, China Tourism Group, s'engageant à « promouvoir conjointement l'application des technologies spatiales commerciales et à créer une nouvelle économie spatiale telle que le tourisme ».

La fusée New Shepard en train de décoller.

Ici, la fusée New Shepard de Blue Origin en train de décoller avec des touristes spatiaux à son bord. Photographie : Blue Origin

La Chine voit très grand et veut rattraper les États-Unis

Yang Yiqiang a également évoqué l’avenir du secteur spatial chinois, et il voit les choses en grand, rapporte le South China Morning Post. Selon lui, le « printemps » du vol spatial commercial en Empire du Milieu arrivera au plus tard en 2027, lorsque la Chine aura envoyé de grandes constellations de satellites en orbite et pourra réutiliser les fusées à faible coût, des technologies déjà mises en place par les entreprises issues du spatial privé américain comme SpaceX.

« Le vol spatial commercial de la Chine a vu la meilleure opportunité de développement, et rattrapera les États-Unis d'ici 10 ans », a même avancé Yang. Si cette déclaration peut sembler présomptueuse, il faut prendre en compte les incroyables avancées réalisées par le secteur spatial du pays alors qu’il est arrivé tardivement sur la scène internationale. De 2017 à 2021, plus de 10 000 entreprises liées à l'espace ont été enregistrées chaque année en Chine.

L’Agence spatiale chinoise est également parvenue à franchir des étapes importantes ces dernières années. En 2019, la Chine est ainsi devenue le premier pays à se poser sur la face cachée de la Lune, et elle a depuis envoyé un rover sur Mars, transporté des taïkonautes jusqu'à sa propre station spatiale et a effectué plus de lancements de fusées que les États-Unis en 2021. Elle a en outre l’ambition d’envoyer des humains sur Mars au début des années 30, c’est-à-dire avant les États-Unis.

Le chemin est encore long

Bien entendu, même si l’Empire du Milieu a réalisé des exploits, le chemin est encore long pour atteindre le niveau du secteur privé américain, que SpaceX a révolutionné. Pour rappel, l’entreprise est d’ores et déjà parvenue à envoyer quatre touristes spatiaux en orbite terrestre pendant trois jours de manière entièrement automatisée.

L’ambition chinoise n’est toutefois pas à sous-estimer : le pays sait que le spatial est désormais un secteur très prometteur et essentiel pour pouvoir se développer, et qu’il offre de très grandes opportunités pour diverses industries. Il permet en outre de démontrer la puissance de son pays en lui permettant de développer des technologies incroyablement avancées.