La Chine prévoit d’envoyer son tout premier rover sur Mars au mois de juillet 2020. Au même moment, l’astromobile Perseverence de la NASA devrait elle aussi être lancée en direction de la planète rouge.

Deux missions au même moment

Ce n’est pas pour rien si cette date a été retenue : il s’agit du moment où la Terre et Mars ont la position la plus propice pour un lancement. Le voyage jusqu’à notre voisine rouge devrait alors durer 6 mois seulement. La mission chinoise prévoit de déployer une sonde orbitale ainsi qu’un rover qui sera télécommandé depuis la Terre et sera chargé d’étudier la surface de la planète.

Du côté américain, Perseverence sera le cinquième rover de la NASA à se rendre sur Mars après Sojourner, Spirit, Opportunity et Curiosity. En plus de préparer le terrain pour l’exploration humaine de la planète rouge, cette nouvelle mission prévoit un plan incroyablement ambitieux afin de ramener des échantillons martiens jusqu’à la Terre, plan récemment expliqué en détails par l’Agence spatiale américaine. Elle devrait notamment impliquer plusieurs vaisseaux et le premier décollage depuis le sol de Mars.

La Chine veut rattraper son retard et accélère

Alors que Donald Trump ne tarit pas d’éloges sur l’espace et son exploration, notamment avec la création de l’US Space Force et l’envie de retourner sur la Lune dès 2024, la Chine continue sa course effrénée afin de rattraper son retard sur son plus grand rival. Elle est devenue le premier pays à atteindre la face cachée de la Lune en 2019 et lance désormais plus de fusées que les États-Unis chaque année. Au début du mois de mai 2020, l’Empire du Milieu a par ailleurs lancé avec succès une fusée Long March 5B sur laquelle se trouvait sa nouvelle capsule destinée aux longs vols habités, qui devrait à terme acheminer des astronautes chinois jusqu’à la Lune.

En plein essor, le programme spatial chinois prévoit également l’assemblage d’une station spatiale baptisée Tiangong-3 : il devrait débuter en 2021 et s’achever en 2022. Contrairement à ses prédécesseurs, cette dernière pourra accueillir des astronautes pour de longs séjours en orbite autour de la Terre.