Apple aurait annoncé à ses prestataires, en charge de la fabrication des produits, vouloir intensifier la production en dehors de Chine, a rapporté le Wall Street Journal le 21 mai. Actuellement, l’Empire du Milieu représente 90% de la production des iPhone, iPad et MacBook. La firme à la pomme s’intéresse à des pays comme l’Inde et le Vietnam pour ne plus dépendre de la Chine et de sa politique autoritaire.

L’Inde, le nouveau paradis de l’iPhone ?

La politique sanitaire menée par la Chine, extrêmement restrictive, a été un énorme poids pour l’industrie de la tech. Avec la résurgence du virus en avril dernier et la mise en place de nouveaux confinements, comme à Shanghai, Apple prévoit une diminution des ventes à hauteur de 4 à 8 milliards de dollars pour le trimestre en cours. Depuis 2020, Apple rêve de nouveaux horizons, mais ses ambitions avaient été freinées par le début de la crise covid.

L’Inde et le Vietnam font partie des territoires qui intéressent le plus Cupertino. Ces deux pays accueillent déjà une part de la production d’Apple, mais dans des dimensions minuscules. Les fabricants d’iPhone, Foxconn et Wistron, ont déjà placé des usines en Inde, pour le marché local où les ventes d’iPhone augmentent rapidement. Apple avait dévoilé en avril le début de la production de l’iPhone 13 sur le Sous-Continent.

La société de Tim Cook aurait entamé des discussions avec ses prestataires pour s’étendre à l’Inde où ils produiront des appareils destinés à l’exportation. En 2021, l’Inde a fabriqué 3,1% des iPhone dans le monde. Cela devrait représenter entre 6 à 7% en 2022. Quasiment tout le reste de la production est basé en Chine.

Selon certains analystes mentionnés par le Wall Street Journal, Apple peut difficilement se séparer de la Chine. La main-d'œuvre est très bien formée, les coûts de production sont extrêmement faibles et surtout, il y a un réseau de fournisseurs bien établi et qu’il sera difficile de recréer dans un autre pays. De plus, les relations conflictuelles entre New Delhi et Pékin peuvent aussi être un frein à l’élargissement de la production des prestataires.

Apple pourrait amorcer un mouvement de migration des entreprises occidentales

Le Vietnam est aussi une alternative intéressante. Le pays, à la frontière avec la Chine, est déjà un centre de fabrication majeur pour les smartphones de Samsung. Il existe une expertise dans ce secteur dont pourrait profiter Apple. Son prestataire, Luxshare, fabrique déjà les AirPod dans le pays. Apple souhaite que les fabricants aillent en dehors de la Chine pour effectuer les travaux préliminaires essentiels à la production en série d’un nouvel appareil.

En sortant de la Chine, Apple ne va pas seulement renforcer sa propre indépendance. La firme pourrait être le premier engrenage qui déclenchera un mouvement de la part des autres entreprises. Pékin a perdu la confiance de certaines sociétés occidentales en empêchant toute forme de critique de la Russie pour l’invasion de l’Ukraine.

En tant que plus grande entreprise américaine en termes de capitalisation, Apple est la plus à même de négocier efficacement la transition de sa chaîne d’approvisionnement vers de nouveaux territoires. Le départ d'Apple pourrait avoir des conséquences économiques majeures sur la Chine. Foxconn emploie actuellement 200 000 travailleurs pour fabriquer l’iPhone 13. En 2016, le géant de la tech avait injecté 275 milliards de dollars dans l’économie chinoise.