La Chine tente toujours de faire appliquer sa politique zéro covid, au détriment de l'économie. De nombreuses usines ferment à tour de bras, pour limiter la propagation du Covid-19 et pour respecter les mesures de confinement. Les opérateurs logistiques et les exportateurs sont confrontés à de grandes difficultés. Ces confinements à répétition mettent à mal la chaîne d'approvisionnement mondiale.

Un cauchemar pour les professionnels de la logistique

Depuis un mois, le trafic de camions en Chine a chuté de 40%. Aux alentours de Shanghai, c'est encore pire (sauf pour l'environnement bien-sûr), les mouvements de camions ne représentent plus que 15% de leur niveau habituel. Plusieurs parties de la ville ont été placées sous cloche pour éviter que le virus ne se propage. Le gouvernement ne change pas de cap et tente à tout prix d'imposer une politique zéro covid, tant pis pour l'économie. C'est un véritable cauchemar pour les professionnels de la logistique qui revivent la même situation qu'en 2020, au moment de la première vague.

Les exportateurs chinois cherchent désespérément à acheminer leurs marchandises vers les ports et à travers les frontières. Liu Sanhong, un cadre chez Haiwei Logistics, chargé de gérer les livraisons des produits fabriqués en Chine, depuis la province côtière de Shandong, vers le reste du monde, a déclaré que ses journées n'avaient jamais été aussi « difficiles et imprévisibles ». Il raconte qu'il a récemment envoyé un camion livrer des marchandises de la ville de Linyi au port de Qingdao, un trajet qui prend normalement quatre heures sur l'autoroute. Cette fois-ci, le trajet a pris deux jours et le chauffeur a manqué le départ du navire.

Le confinement de Shanghai met l'électronique mondiale sous pression

Au début de l'année 2022, le confinement de Xi’an menaçait déjà la production mondiale de mémoire vive et de mémoire flash dans le monde. Cette grande ville de 13 millions d'habitants, ancienne capitale de la Chine, abrite les usines de Samsung et Micron. Tous les deux y produisent une grande partie de leurs modules. Il y a un mois, la ville de Shenzhen était également confinée car les autorités locales avaient constaté de nouveaux foyers épidémiques. Une situation qui laissait penser que d'autres grandes villes pouvaient de nouveau être touchées par le Covid-19. À l'époque, la production d'Apple avait déjà était fortement impactée.

Aujourd'hui, c'est l'immense ville de Shanghai, avec ses 25 millions d'habitants qui est placée sous cloche. Une situation qui remet l'électronique mondiale sous pression. Des dizaines de sous-traitants et des fabricants de composants ont dû fermer leurs usines dans la mégalopole et la ville voisine de Kunshan, confinées toutes les deux par les autorités dans l'espoir de mettre fin à la pire flambée épidémique dans le pays depuis deux ans. Mercredi 13 avril 2022, le taïwanais Pegatron, qui assemble certains modèles d'iPhone pour Apple, a interrompu la production dans ses deux filiales locales.