Le 29 avril 2022, l'action d'Apple a chuté de 3,7% au moment de la publication des résultats du premier trimestre de l'année. Les contraintes d'approvisionnement en semi-conducteurs ont un effet négatif sur la firme de Cupertino. Cette crise qui dure depuis plus de deux ans et les nouveaux confinements chinois, ont vraisemblablement tendance à accélérer l'abandon de la Chine par Apple.

Apple pourrait quitter la Chine pour l'Inde et le Vietnam

Selon le South China Morning Post, la politique zéro covid appliquée en ce moment par le gouvernement chinois a tendance à agacer Apple. Cette situation a poussé l'entreprise à accélérer son retrait de la Chine. La marque à la pomme pourrait transférer la majorité de ses usines vers l'Inde et le Vietnam. Les chaînes d'approvisionnement d'Apple en Chine ont été durement touchées par les fermetures strictes imposées à Shanghai et dans plusieurs provinces voisines. Cette politique sanitaire agace Tim Cook et ses équipes et pousse clairement le géant américain à quitter la Chine plus vite que prévu.

Jeudi 28 avril, juste avant la publication des résultats trimestriels de l'entreprise, Tim Cook a prévenu ses actionnaires en leur disant qu'Apple « n'était pas immunisée contre les problèmes de chaîne d'approvisionnement ». Il a expliqué que l'iPad avait notamment connu des contraintes d'approvisionnement très importantes au cours du dernier trimestre. Selon le directeur financier du fabricant de l'iPhone, Luca Maestri, les ventes du second trimestre pourraient également être affectées, à hauteur de 4 à 8 milliards de dollars. Sans surprise, l'action de la marque à la pomme a chuté d'environ 3,7 % vendredi, après la publication des résultats.

Les pénuries de semi-conducteurs continuent d'affecter de nombreux marchés

Apple s'inquiète aussi d'un effet d'entraînement probable de la réduction de la demande des consommateurs en Chine, en raison des confinements. Les semi-conducteurs sont devenus des composants indispensables aux entreprises technologiques. Ils sont présents dans tous les appareils, du grille-pain à la bouilloire en passant par les avions de chasse et les consoles de jeu. Évidemment, Apple n'est pas la seule entreprise à être touchée par cette crise. Le PDG de Nokia, Pekka Lundmark, a déclaré que son entreprise aurait pu connaître une croissance plus rapide au cours du premier trimestre 2022 s'il n'y avait pas eu de problèmes liés à la chaîne d'approvisionnement. Selon lui, « la situation s'est stabilisée mais elle reste assez tendue ».

Dans le secteur de l'automobile, c'est la même chose : pour le PDG de Daimler, Ola Källenius, la pénurie des semi-conducteurs constitue l'un des trois principaux défis du marché actuellement. Les confinements en Chine ont également tendance à agacer le constructeur. C'est, depuis plusieurs années, le plus grand marché de Daimler. Le nouveau patron de Volvo Cars, Jim Rowan, a également déclaré que son entreprise ne disposait pas actuellement d'une quantité suffisante de semi-conducteurs. Il a ajouté que la société sera encore affectée par la pénurie au cours du deuxième trimestre, mais estime avoir tout fait pour « sécuriser l'approvisionnement ».