Nouveau rebondissement dans l’affaire du rachat de Twitter. Elon Musk a annoncé aujourd’hui 13 mai, mettre en suspens son offre de rachat. En attendant plus de précisions sur le volume de faux comptes et de spams présents sur le réseau social.

Le rachat de Twitter mis sur pause

Le directeur de Tesla cherche à vérifier que Twitter ne contient pas plus de 5% de faux comptes parmi ses utilisateurs monétisables. Lors de son dernier bilan trimestriel, l’entreprise comptait 229 millions d’utilisateurs actifs par mois sur sa plateforme. Dans ce même rapport, le réseau social avait avoué avoir surcompté ses utilisateurs dans ses précédents résultats trimestriels. Pour autant, cette erreur ne concerne pas les précisions demandées par Musk.

« L’accord pour le rachat de Twitter est provisoirement suspendu » a écrit Elon Musk sur Twitter avant de rajouter être « toujours intéressé par l’acquisition » du réseau social. Suite à cette annonce, l’action de Twitter a chuté de 25%.

Si le patron de SpaceX désire autant connaître le réel pourcentage de faux comptes présents sur la plateforme, c’est pour savoir le nombre potentiel d'utilisateurs ciblés par la publicité et Twitter Blue, le service freemium de Twitter. Susannah Streeter, analyste marché pour Hargreaves Lansdown, a expliqué à Reuters que « le calcul du nombre précis de personnes qui tweetent réellement est considéré comme crucial pour les futurs flux de revenus via la publicité ou les abonnements payants sur le site ».

Elon Musk entend bien plus doubler les revenus publicitaires de Twitter avant 2028, et plus encore. Il espère qu’ils représenteront 45% du chiffre d’affaires total.

Wall Street sous tension

Pour rappel, Elon Musk avait proposé une offre de rachat s’élevant à 44 milliards de dollars pour devenir propriétaire de Twitter. Cette même offre a été acceptée, le 26 avril dernier, à l’unanimité, par le conseil d’administration du réseau.

La suspension temporaire de cet accord peut être liée à une volonté du milliardaire de renégocier cette somme à la suite de la baisse des actions de Twitter. En effet, après la fonte de la valeur boursière de la plateforme, le titre s’échangeait à 38 dollars vendredi après qu’il ait participé, de par son tweet, à faire plonger son cours. Cela représente beaucoup moins que les 54,20 dollars par action promis par Elon Musk.

Wall Street craint que la transaction ne se fasse pas. Si un tel scénario venait à se confirmer selon l’accord conclu entre Twitter et Elon Musk, celui-ci devra verser 1 milliard de dollars de frais de résiliation.