Netflix vient d’annoncer le rachat de Scanline VFX, une société allemande spécialisée dans les effets spéciaux, qui compte à son actif de très grosses productions télévisuelles et cinématographiques. Objectif : « repousser les limites de ce qui est visiblement possible ».

Un géant des effets spéciaux

Fondée en 1989, Scanline VFX possède désormais des bureaux à Vancouver, Montréal, Los Angeles, Londres, Munich, Stuttgart et Séoul. Si son nom semble méconnu, l’entreprise a pourtant travaillé sur d’importantes œuvres de la pop culture. Chez Netflix, elle a notamment réalisé des effets spéciaux pour la saison 3 de Stranger Things, Cowboy Bebop ou encore Blood Red Sky.

En dehors de Netflix, la liste des œuvres sur lesquelles elle a participé est impressionnante : Game of Thrones, Black Widow, Black Panther, Captain Marvel, Iron Man 3, Captain America : Le soldat de l'hiver, La Justice League de Zack Snyder ou encore Joker. Actuellement, Scanline VFX travaille sur le prochain Batman, le prochain Aquaman ainsi que The Flash. Dans un billet de blog, Amy Reinhard, vice-présidente des opérations chez Netflix, explique que la firme continuerait à « fonctionner de manière autonome et à travailler avec ses différents clients ».

« Scanline est connu pour ses effets complexes et photoréalistes et son expertise en matière de production virtuelle », explique-t-elle, avant de continuer : « Netflix investira dans le pipeline, l'infrastructure et la main-d'œuvre de Scanline et continuera à soutenir le travail de pionnier effectué par Eyeline Studios de Scanline dans le domaine de la production virtuelle ».

Netflix veut booster sa production interne

Netflix assure toutefois qu’elle fera encore appel à d’autres studios d’effets spéciaux selon ses besoins, « pour que nos créateurs aient accès aux technologies les plus innovantes du monde et continuent à offrir à nos membres les histoires les plus fascinantes et les plus avant-gardistes ».

Ce rachat, qui devrait être entièrement réalisé lors du premier trimestre 2022 pour un montant qui n’a pas été révélé, intervient alors que Netflix met le paquet sur la production interne. Il faut dire que le géant du streaming a de plus en plus de concurrence, notamment avec le mastodonte Disney+ ainsi que HBO Max, réputé pour ses séries de qualité depuis de nombreuses années. D’ailleurs, le nombre de nouveaux abonnés à netflix a ralenti ces derniers temps sur des marchés cruciaux pour le service, à l’instar de l’Amérique du Nord.

Un smartphone allumé sur Disney+.

Lancé fin 2019, Disney+ fait de plus en plus d'ombre à Netflix. Photographie : Mika Baumeister / Unsplash

Dans cette optique, la firme a annoncé un investissement d’1 milliard de dollars l’année dernière avec pour but d’agrandir le studio et en faire l'un des plus grands studios au monde avec, notamment, dix nouvelles scènes et de nouveaux services de production.

Une diversification de ses activités

En amont, Netflix diversifie ses activités et s’est lancée dans le secteur du jeu vidéo. Après avoir racheté Night School, connu pour ses jeux narratifs, le service de streaming a lancé ses tous premiers jeux mobiles la semaine dernière.

Les programmes pour enfants sont également une priorité pour Netflix (on peut supposer assez objectivement qu’ici, il s’agit de concurrencer Disney+). En conséquence, la firme américaine a racheté la Roald Dahl Story Company en septembre dernier. Il y a quelques jours, on apprenait par ailleurs que Netflix testait un flux de clips vidéo pour enfants inspiré de TikTok.

La guerre du streaming ne fait que commencer…