Apple ne pourra pas atteindre son objectif de production d’avant fêtes, pour sa nouvelle gamme d’iPhone. La faute à la pénurie mondiale de semi-conducteurs, essentiels pour les smartphones. La marque à la pomme souhaitait produire 90 millions d’iPhone avant 2022.

Toutefois, avec la pénurie mondiale de puces, plusieurs de ses fournisseurs ne peuvent plus s'approvisionner. Ce n’est pas moins de 10 millions de smartphones de la marque qui ne pourront pas être produits à temps. Broadcom et Texas Instrument sont les deux fournisseurs concernés, selon Bloomberg.

La nouvelle gamme d’iPhone, comprenant au total 4 smartphones, a été lancée mi-septembre, avec des prix oscillant entre 809 et 1159 euros minimum.

Apple était jusque-là épargnée

Tim Cook, PDG d’Apple, avait déjà prévenu plus tôt dans l’année que l’entreprise, alors relativement épargnée, risquait de rencontrer ce type de problème. Il craignait que les « contraintes d’approvisionnement soient plus importantes ».

La pénurie de semi-conducteurs sévit depuis de longs mois, et des experts estiment qu’elle pourrait durer encore un an. Elle est principalement due à une demande plus élevée que prévu. Ces puces sont essentielles pour faire fonctionner la plupart des appareils électroniques, et Apple n’est donc pas la seule entreprise touchée. Samsung, Toyota ou encore Sony ... tous les fabricants subissent la pénurie et la crise qu’elle entraîne.

Proposant des smartphones, des ordinateurs, et bien d’autres objets électroniques, Apple se révèle être l’un des plus grands acheteurs de puces au monde. Même le géant américain, malgré tous ses fournisseurs, et toute sa richesse, ne parvient pas à s’approvisionner suffisamment en période de pénurie. Les achats d’iPhone sont d’ores et déjà compliqués. Beaucoup de revendeurs et de commerces en ligne affichent les produits comme étant indisponibles. Pour les téléphones commandés, la plupart des livraisons sont prévues pour la mi-novembre.

Apple a présenté mi-septembre sa nouvelle gamme d’iPhone. La diminution de la production est un coup dur, alors que l’entreprise prévoyait une augmentation de 7% de ses revenus cette année. Image : Apple.

Texas Instrument fournit des pièces d’affichage à Apple notamment une puce pour ses écrans, alors que Broadcom fournit des composants sans fil. Les deux entreprises passent cependant par d’autres fabricants de puces, comme TSMC (Taiwan Semiconductor Manufacturing Company), numéro un du secteur.

La firme de Cupertino est également confrontée à des difficultés de production concernant les iPad et les Apple Watch. Apple et ses deux fournisseurs ont toutefois refusé de commenter. Cette réduction forcée de la production d’iPhone a de quoi décevoir. Comme l’explique Dan Ives, analyste de Wedbush, « la demande a été très forte dans le monde, surtout en Chine et aux États-Unis ».

Une pénurie loin d’être finie

Les prévisions de ventes d’Apple sont donc très bonnes, le trimestre de fin d’année devant au départ générer près de 120 milliards de dollars. Ceci reviendrait à une augmentation de 7% de ses revenus par rapport à l’an dernier. Les retards et autres pénuries risquent donc de mettre à mal ces prévisions.

Enfin, cette crise n’est pas près de s’arrêter. Elle s’aggrave même, avec des délais de livraison toujours plus importants. De la commande de semi-conducteurs à l’arrivée de la livraison, il faut attendre en moyenne 21,7 semaines, selon Susquehanna Financial Group. Le mois de septembre est le neuvième mois d’augmentation consécutif de ces délais. Pour ne rien arranger, Taïwan, numéro un des pays hébergeant la fabrication de puces, est dans une position géopolitique délicate avec la Chine, ce qui pourrait impacter la production.

Plusieurs nations tentent de s’organiser et de soutenir l’industrie. Les États-Unis prévoient des plans de plusieurs dizaines de milliards de dollars pour soutenir la fabrication. Le Japon quant à lui, soutient un projet d’usine de fabrication de semi-conducteurs, en partenariat avec Sony et TSMC. Sans oublier l’Union Européenne, qui souhaite développer une filière de semi-conducteurs et devenir rapidement l’un des leaders du marché.

En plus de cette pénurie, Apple doit aussi affronter la crise énergétique chinoise, qui impacte plusieurs de ses fournisseurs. Certains, comme Pegatron, sont contraints d’adopter des mesures d’économie d’énergie, pour éviter des coupures de courant, ce qui ralentit la production.