Le 11 juin 2020, un groupe de législateurs américains ont proposé un nouveau projet de loi qui prévoit d’aider et de soutenir financièrement le secteur des semi-conducteurs. Une aide de 22,8 milliards de dollars, soit 20,1 milliards d’euros, pourrait être débloquée.

Accompagner l’industrie des semi-conducteurs

Les États-Unis veulent à tout prix voir émerger de nouvelles usines de fabrication de puces électroniques en Amérique du Nord, dans ce contexte de guerre commerciale avec la Chine que nous connaissons. Il est clairement question de souveraineté technologique. La construction de ces usines est très onéreuse. Ce projet de loi permettrait notamment au pays d’établir et d’améliorer sa capacité nationale de production de semi-conducteurs.

Une grande partie des puces utilisées par le gouvernement américain provient toujours d’Asie et notamment de Chine. Pourtant, nous connaissons désormais la réticence de l’Administration Trump quant aux produits fabriqués dans l’empire du milieu. Notons que cette guerre commerciale a également un impact sur les fabricants chinois qui doivent se réinventer. Pinduoduo, géant technologique chinois, a justement inventé un nouveau modèle, plus local, qui semble répondre aux attentes de la classe moyenne chinoise.

Ce sont les sénateurs John Cornyn et Mark Warner qui ont présenté le projet de loi au Sénat. Si certaines entreprises fabriquent toujours des puces aux États-Unis, comme c’est le cas d’Intel ou de Micron Technology, le bas coût de la main d’œuvre chinoise fait que le centre de gravité de cette industrie se déplace vers l’Asie. On pense notamment au géant Taiwan Semiconductor Manufacturing Co (TSMC), qui détient plus de la moitié du marché mondial des semi-conducteurs. Apple, Qualcomm ou encore Nvidia, travaillent par exemple avec TSMC.

Tout se joue dans l’innovation

Les puces sont de plus en plus performantes. Des chercheurs présentaient récemment un silicium capable d’émettre de la lumière pour créer des puces plus puissantes que jamais. Il est important de le rappeler : en 2020, les fabricants de puces électroniques se heurtent encore à un problème de taille, les propriétés chimiques du silicium empêchent les chercheurs d’améliorer les capacités des puces. Cette découverte pourrait tout changer.

Au fil des évolutions technologiques, l’accent est de plus en plus mis sur la 5G et sur l’intelligence artificielle. Selon Cristiano Amon, président de Qualcomm :

“La 5G va ouvrir de nouvelles et passionnantes opportunités de connexion, de calcul et de communication que nous n’avons pas encore imaginées et nous sommes heureux d’être un acteur clé dans l’adoption de la 5G à travers le monde. Nos puces Snapdragon 5G annoncées aujourd’hui seront commercialisées dès l’année 2020”.