SoftBank a décidé de se passer de ses actions Microsoft, Facebook, Alphabet et Netflix. C’est le principal enseignement du rapport financier du premier trimestre fiscal du conglomérat japonais, publié le 10 août. Autre nouvelle fracassante, en marge de la publication, le PDG du groupe, Masayoshi Son, a annoncé la fin temporaire des investissements de SoftBank en Chine rapporte Reuters.

Un retrait des investissements en Chine dû aux nouvelles réglementations

Cette décision serait liée aux actions récentes des régulateurs chinois. La répression contre les géants technologiques de l’Empire du Milieu serait en grande partie responsable de la chute de 39% du bénéfice de SoftBank au premier trimestre. Il s’établit désormais à 762 milliards de yens (environ 6 milliards d’euros).

SoftBank est notamment encore dépendante d’Alibaba dans laquelle elle est beaucoup investie. Jack Ma, l’ancien PDG du géant chinois, faisait partie du conseil d’administration du groupe jusqu’en mai 2020. Au total un quart du portefeuille de SoftBank est composé d’entreprises chinoises, parmi lesquelles une autre victime de la répression : Didi Chuxing.

Masayoshi Son a déclaré que cette suspension durera « jusqu'à ce que la situation soit plus claire, nous voulons attendre et voir ». Il pronostique que « dans un an ou deux, je pense que de nouvelles règles créeront une nouvelle situation ».

SoftBank a cédé la majorité de ses parts dans les géants du numérique américain

L’autre virage notable sur la stratégie d’investissements de SoftBank, déjà acté celui-ci, est la revente des actions de géants du numérique américain. Fin mars le conglomérat détenait toujours 3,1 milliards de dollars d’actions Facebook, 1 milliard de dollars d’actions Microsoft, 575 millions de dollars d’actions Alphabet et 382 millions de dollars d’actions Netflix. En juin, plus rien note CNBC. SoftBank a conservé des actions Amazon, mais a réduit sa participation de 6,2 milliards de dollars à 5,6 milliards.

Un changement de stratégie par rapport à septembre 2020, lorsque SoftBank avait été identifié comme la « mystérieuse baleine du Nasdaq » par le Financial Times. L’entreprise pariait sur la hausse des actions en investissant à tout va dans les grands noms de la bourse américaine. Le portefeuille de participation de SB northstar, unité par laquelle SoftBank réalisait ses emplettes, est passé de 19 milliards de dollars de valeurs fin mars à 13,6 milliards fin juin.

Masayoshi Son a expliqué vouloir donner la priorité au Vision Fund. Le fonds d’investissement dédié à la technologie affiche effectivement d’intéressants résultats avec un bénéfice de 236 milliards de yens (environ 1,8 milliard d’euros).