En juillet 2019, Apple annonçait avoir racheté la division consacrée aux modems mobiles 5G du fabricant Intel. Grâce à cette opération s’élevant à 1 milliard de dollars, la firme à la pomme a eu l’occasion de recruter 2 200 employés d’Intel, ainsi que de mettre la main sur tout le matériel, et les droits de propriété intellectuelle de cette branche. L’un des analystes les plus renseignés sur les projets d’Apple, Ming-Chi Kuo, vient de préciser la période d’arrivée des premiers modems 5G conçus par l’entreprise sur ses iPhone.

Le premier modem 5G d’Apple arrivera « au plus tôt » en 2023

Dans son rapport, consulté et relayé par le média MacRumors, Ming-Chi Kuo indique : « Nous prédisons que l'iPhone adoptera les puces de bande de base 5G de conception propre à Apple en 2023 au plus tôt ». L’analyste de TF Securities aligne ainsi ses dires avec les récentes déclarations de Barclay annonçant l’arrivée des modems 5G signés Apple sur les iPhone pour l’année 2023. La firme américaine se séparerait alors de Qualcomm, actuel fournisseur d’Apple pour les puces 5G avec son modem Snapdragon X55 pour iPhone 12. Les modems X60 et X65 devraient ensuite être présents sur les modèles de 2021 et 2022.

De ce fait, Ming-Chi Kuo souligne que « Qualcomm sera obligé de se battre pour obtenir plus de commandes sur le marché bas de gamme afin de compenser la perte de commandes d'Apple ». Le fondeur américain se doit en effet de trouver de nouveaux marchés porteurs sur lesquels se positionner. Récemment, la société a d’ailleurs fait l’acquisition de Nuvia, une start-up créée par d’anciens ingénieurs d’Apple. Un porte-parole de Qualcomm précisait ainsi que ce rachat apporterait « des améliorations progressives dans les performances des processeurs et l’efficacité énergétique afin de répondre aux exigences de la nouvelle génération d’ordinateurs 5G ». De ce fait, la firme entrerait en concurrence directe avec Intel, AMD ou encore Apple sur le marché des puces ARM.

En développant ses propres modems 5G, Apple s’offrirait de son côté une certaine indépendance lui permettant d’internaliser la fabrication de ces dispositifs. La firme pourrait ainsi réduire les contraintes d’approvisionnements, et en finalité, les coûts de production.