Twitter avait annoncé le 10 juin tester une nouvelle fonctionnalité pour inciter ses utilisateurs à lire les articles qu’ils commentent ou partagent. L’expérimentation semble avoir tenu ses promesses puisque Twitter a décidé de l’étendre à iOS et Android le 22 octobre.

Les chiffres prouvent l’utilité de la nouvelle fonctionnalité

Début juin un débat a enflammé Twitter, la plateforme HBOMax aurait décidé de censurer le film Autant en emporte le vent. Cette information erronée, le film a été retiré temporairement pour être contextualisée, a circulé sur la base d’article que beaucoup d’utilisateurs n’avaient pas pris la peine de lire. Dans la foulée de cet emballement, le réseau social a annoncé tester une nouvelle fonctionnalité pour ses utilisateurs Android anglophone : un message demandant à la personne souhaitant réagir à un article si celui-ci avait bien lu le texte en question.

Sur son compte officiel le réseau social a salué le succès de l’opération en expliquant que les gens ouvraient 40% fois plus les articles après avoir vu le message automatique et 33% de gens en plus ont retweeté un article seulement après l’avoir lu.

Une réussite qui a convaincu Twitter d’étendre la fonctionnalité, notamment aux utilisateurs iOS et Android français. Si ces derniers n’ont pas ouvert via Twitter l’article qu’ils s’apprêtent à commenter ou à partager un rappel apparait expliquant que « les titres ne racontent pas toute l’histoire » et suggérant la lecture de l’article.

message twitter pour inciter à ne pas lire que les titres

Crédit : Twitter

Une nouvelle étape dans la guerre de Twitter contre les fake news

Il est possible de passer outre l’avertissement et de réagir sans ouvrir la page pour prendre en compte les personnes ayant lu l’article par un autre biais que le réseau social.

Lutter contre la désinformation est l’un des principaux enjeux auxquels doivent faire face les réseaux sociaux ces dernières années. Twitter a multiplié les initiatives pour freiner la propagation de fausses nouvelles, signalement des comptes de médias contrôlés par l’État, contextualisation des tweets, allant jusqu’à mentionner « média manipulé » sous certains tweets de Donald Trump. Avec cette nouvelle fonctionnalité, le réseau social continu dans la bonne direction. Elle devrait être accessible à tous les utilisateurs bientôt.