Soulagement pour TikTok. Après avoir été bloqué au Pakistan, le réseau social chinois fait son grand retour : l’autorité des télécommunications du pays (PTA) a déclaré lever l’interdiction de l’application appartenant à ByteDance, mais met tout de même en garde… Si TikTok ne modère pas plus activement ses contenus, il sera à nouveau bloqué, et définitivement cette fois.

TikTok échappe à un bloquage définitif au Pakistan

Il y a 11 jours, le Pakistan décidait de bloquer TikTok sur son territoire en raison d’un manque de modération de contenus jugés comme étant immoraux, obscènes, vulgaires et illicites. La PTA expliquait alors avoir envoyé plusieurs avertissements au réseau social qui n’avait mis aucune action en marche pour se conformer aux attentes de l’autorité. La sentence était donc tombée, mais n’était manifestement pas irrévocable puisque le pays a décidé de revenir sur sa décision après s’être entretenu avec le réseau social chinois.

Ce dernier aurait ainsi assuré qu’il modérerait désormais ses contenus conformément aux « normes sociétales et aux lois du Pakistan » et qu’il bloquerait les utilisateurs téléchargeant de façon répétée des contenus « illégaux », précise la PTA dans un communiqué. L’autorité des télécommunications poursuit : « La restauration de TikTok est strictement soumise à la condition que la plateforme ne soit pas utilisée pour la diffusion de contenus vulgaires/indécents et que les valeurs sociétales ne soient pas abusées. La PTA sera contrainte de bloquer l’application de façon permanente au cas où cette condition ne serait pas remplie ».

Le message est clair : TikTok a tout intérêt à mettre les bouchées doubles pour modérer ses contenus et à se montrer particulièrement attentif, s’il ne souhaite pas être victime d’un nouveau blocage définitif comme c’est déjà le cas en Inde. Pour rappel, au Pakistan, le réseau social chinois compte plus de 20 millions d’utilisateurs.

Qu’en est-il de sa situation aux États-Unis ?

Si TikTok se sauve in extremis d’un bannissement au Pakistan, la situation demeure plus compliquée aux États-Unis. Pour rappel, Donald Trump avait déclaré au mois d’août vouloir interdire l’application sur son territoire, à moins qu’une entreprise américaine en prenne le contrôle. Au mois de septembre, TikTok choisissait alors Oracle et Walmart comme partenaires technologiques de confiance pour poursuivre ses activités dans le pays de l’oncle Sam. L’histoire devait s’arrêter là, mais s’est finalement vue compliquée par un accord aux contours flous, des enjeux politiques, ainsi qu’une nouvelle loi chinoise permettant à la Chine de bloquer les exportations technologiques.

Des contretemps de taille qui auraient dû se solder par un blocage de TikTok sur le territoire américain dès le 27 septembre 2020. Heureusement pour le réseau social chinois, un juge américain a décidé de suspendre provisoirement l’interdiction de téléchargement de TikTok ordonnée par Donald Trump. Un répit de courte durée puisque le juge a néanmoins refusé de suspendre l’interdiction totale de l’application aux États-Unis qui est, quant à elle, toujours prévue pour le 12 novembre 2020.