TikTok obtient (enfin) un peu de répit aux États-Unis. Un juge américain vient de donner raison au réseau social chinois en levant in extremis l’interdiction de téléchargement de l’application imposée par l’administration de Donald Trump, rapporte CNBC.

TikTok obtient un sursis…

C’est un nouveau rebondissement majeur dans l’affaire TikTok aux États-Unis qui a débuté au mois d’août, lorsque Donald Trump a signé plusieurs décrets visant à interdire l’application chinoise sur le sol américain. Alors que l’application devait définitivement disparaitre des stores de téléchargements d’applications dès ce dimanche 27 septembre, elle a décidé d’abattre ses dernières cartes pour sauver sa peau en faisant appel à la justice. L’objectif : suspendre le décret signé par l’administration de Donald Trump, jugé alors d’inconstitutionnel par ByteDance, maison-mère de TikTok.

Une stratégie réussie puisque le juge Carl Nichols, qui a été en charge du dossier, a donné raison au réseau social chinois, le sauvant ainsi in extremis de son interdiction de téléchargement sur le territoire américain. Une nouvelle de laquelle se réjouit évidemment TikTok dans un communiqué de presse : « Nous sommes heureux que le tribunal ait accepté nos arguments juridiques et ait émis une injonction empêchant la mise en œuvre de l’interdiction de l’application TikTok. Nous continuerons à défendre nos droits dans l’intérêt de notre communauté et de nos employés ».

… Mais n’est pas sauvé pour autant

Si le juge Carl Nichols a décidé de suspendre l’interdiction de téléchargement de l’application, il a néanmoins refusé de suspendre l’interdiction totale de l’application aux États-Unis qui est, quant à elle, toujours prévue pour le 12 novembre 2020.

TikTok est donc loin d’être tiré d’affaire, mais continue tout de même de montrer patte blanche : « Nous maintiendrons notre dialogue permanent avec le gouvernement pour transformer notre proposition, que le président a approuvée de manière préliminaire le week-end dernier, en un accord », peut-on lire dans le communiqué publié par l’application.

Pour rappel, TikTok a accepté de faire d’Oracle son partenaire technologique de confiance, en lui cédant une participation de 12,5%. Walmart fait également parti des négociations, avec une participation de 7,5%. Si l’accord semble trouver grâce aux yeux de Donald Trump, il est néanmoins compliqué par Pékin qui refuse d’approuver le rachat de TikTok, qu’il juge comme étant « forcé ». Côté américain, diverses personnalités politiques s’opposent également à cette issue. De toute évidence, TikTok semble avoir encore un long chemin devant lui avant d’être totalement tiré d’affaire.