Depuis plusieurs semaines, le gouvernement chinois laissait planer le doute sur une nouvelle loi qui pourrait entrer en vigueur pour limiter les exportations technologiques des entreprises chinoises. Cette fois-ci c’est officiel, cette loi enterrera bien en vigueur le 1er décembre 2020 et concernera effectivement le contrôle des exportations technologiques.

La loi sur les exportations technologiques chinoises entrera en vigueur le 1er décembre

Pékin présente ce projet de loi comme une question de sécurité nationale pour le pays. La loi dont il est question a été adoptée la semaine dernière lors de la 13ème Assemblée populaire nationale et vise à empêcher les entreprises basées en Chine de réaliser des exportations ou des transactions technologiques sans avoir obtenu une licence du gouvernement. Même si les détails sont rares, le Congrès a déclaré que la loi comprend une disposition d’interdiction réciproque, couvre les biens à usage civil et militaire, et inclut les technologies et les données les concernant.

Cette nouvelle loi permet à la Chine de bloquer les exportations technologiques, juste au moment où ByteDance a besoin de céder une partie de TikTok à une entreprise américaine. Alors l’application TikTok peut-elle être vendue sans ses algorithmes ? C’est toute la question. La réponse semble plutôt s’orienter vers la négative. Les algorithmes du réseau social déterminent quelles vidéos les internautes vont voir et sont considérés comme la sauce secrète de TikTok. Il semble donc difficile d’imaginer que le réseau social puisse être vendu sans ces technologies.

Cette loi servira-t-elle vraiment les intérêts de la Chine ?

Avec cette nouvelle loi, Pékin pourrait également décider de s’en prendre aux autres nations qui ont décidé de bannir Huawei ou du moins de trouver un prétexte pour faire basculer leurs infrastructures 5G vers les fournisseurs Nokia et Ericsson. C’est notamment le cas de l’Australie. Dans le texte de loi, nous pouvons lire ces mots : « la sécurité nationale et les intérêts de la République populaire de Chine ne doivent pas être menacés par des exportations technologiques. Les pays concernés verront des mesures réciproques être prises par le gouvernement chinois ».

Certains analystes du marché chinois estiment que l’adoption de la loi rendra plus difficile la mondialisation des entreprises chinoises. Elles auront en quelques sortes une excuse pour ne pas vendre à l’étranger, mais cela signifie également qu’il leur sera très difficile de devenir des acteurs mondiaux. Cela n’empêchera pas la Chine d’être en position vulnérable par rapport aux États-Unis en ce qui concerne des technologies comme les semi-conducteurs. Les États-Unis pourraient facilement entrer dans ce petit jeu et pousser le curseur en matière d’interdictions ou de sanctions envers la Chine.