Alors que le Royaume-Uni s’est résilié à bannir Huawei de son réseau 5G, les opérateurs britanniques n’ont plus d’autre choix que de se tourner vers d’autres fournisseurs de matériel. BT a dévoilé son choix ce mardi 29 septembre 2020 : c’est vers Nokia que l’opérateur se tournera pour équiper ses réseaux, rapporte la BBC.

Nokia s’empare de son premier contrat pour la 5G britannique

C’est officiel : Nokia a conclu un accord pour devenir le plus important fournisseur d’équipements 5G de l’opérateur britannique BT. Ainsi, la firme finlandaise qui a récemment investit 230 millions de dollars dans HMD Global sera en charge de fournir les stations de base et autres équipements de réseau qui permettront aux clients de l’opérateur d’accéder à l’internet 5G très haut débit. BT précise tout de même que Nokia ne remplacera pas l’ensemble des équipements Huawei, puisque des contrats avec d’autres fournisseurs sont également prévus.

L’accord entre Nokia et BT prévoit également que la firme finlandaise remplace Huawei sur les réseaux 2G et 4G de BT, quand le réseau 3G de l’opérateur est déjà appuyé par les équipements de Nokia. Si à l’heure où sont écrites ces lignes le montant du contrat entre les deux entreprises n’a pas été dévoilé, la nouvelle a tout de même suffit pour permettre à Nokia de gagner 3,58% à la bourse d’Helsinki.

Dans un communiqué de presse, Philip Jansen, PDG de BT, a déclaré : « Avec cette nouvelle étape de notre relation fructueuse avec Nokia, nous continuerons à mener le déploiement des réseaux fixes et mobiles afin d’offrir des expériences hors du commun aux clients ».

Huawei, victime de la géopolitique

Pour Huawei, il est difficile d’accuser le coup. Le constructeur chinois était le grand favori des opérateurs britanniques pour équiper les réseaux 5G, mais les pressions américaines ont finalement eu raison de lui. Pourtant, le Royaume-Uni a bien tenté de résister : en janvier 2020, le Premier ministre Boris Johnson décidait d’accorder un rôle limité à Huawei dans le développement du réseau mobile 5G. En juin, le pays demandait à ses opérateurs télécom de faire du stock sur les équipements du constructeur chinois.

Seulement un mois plus tard, les autorités britanniques ont finalement et définitivement décidé de revenir sur cette décision pour interdire totalement aux opérateurs nationaux d’acheter des équipements auprès de Huawei dès le mois de janvier 2021. En ce qui concerne les équipements existants, ces derniers devront être retirés d’ici 2027.

À cette annonce, Nokia et Ericsson avaient réagi en rappelant qu’ils disposaient tous les deux de « la technologie, de l’expérience et de la capacité de la chaîne d’approvisionnement nécessaires pour faire face à cette situation sans perturber les clients ». De toute évidence, l’appel de la firme finlandaise a trouvé une oreille attentive.