Les demandes de Pékin semblent être de plus en plus contraignantes. Si Apple a bénéficié en 2010 d’une certaine bienveillance de la part des autorités chinoises au moment du lancement de l’App Store, le nœud coulant de la censure semble se resserrer au fil des années. Apple a récemment été forcé de retirer 47 000 applications de l’App Store chinois.

47 000 applications de moins sur l’App Store chinois

Selon les spécialistes du marché technologique chinois, les jours d’Apple en Chine sont peut-être comptés. Les tensions entre les États-Unis et la Chine se font de plus en plus ressentir et les activités chinoises d’Apple en pâtissent. Pourtant, la marque à la pomme compte des millions de clients dans ce pays et encore une grande partie de ses usines se trouvent en Chine. AppInChina a signalé le retrait, au début du mois d’août, de 47 000 applications de l’App Store chinois.

C’est la preuve ultime que l’entreprise doit désormais se plier aux règles du pays et à sa censure envahissante. Apple ne bénéfice pas de passe-droit. Les experts sont convaincus que la Chine pourrait un jour exiger que le magasin d’applications d’Apple ferme un jour ses portes sur le territoire chinois. Pékin sait parfaitement qu’un iPhone sans toutes les applications qui vont avec n’a plus vraiment d’intérêt. Cela signifie que l’activité d’Apple en Chine est réellement menacée.

Les activités d’Apple menacées en Chine ?

Ce n’est pas la première fois qu’Apple doit apporter des changements significatifs à ses services en Chine. Les autorités chinoises ont forcé l’entreprise de Tim Cook à fermer l’iBookstore et iTunes Movies en avril 2016, six mois seulement après qu’Apple ait lancé ces deux services dans le pays. Avec la guerre commerciale qui s’intensifie entre la Chine et les États-Unis, nous pensons qu’Apple pourrait être une victime collatérale de ce conflit. Une étude relayée sur MacRumors, estime que les ventes d’iPhone pourraient chuter de 25 à 30%.

Il faut dire que décret après décret, Donald Trump n’aide pas Apple à s’attirer les bonnes grâces du gouvernement chinois. L’administration Trump a pris des mesures importantes contre les entreprises technologiques chinoises. On pense évidemment à TikTok ou à WeChat, qui appartiennent aux géants technologiques chinois ByteDance et Tencent. Huawei est également dans le viseur du gouvernement américain depuis un petit moment.