L’administration Trump est toujours en guerre contre Huawei. Après plusieurs mois de sursis, l’entreprise chinoise est aujourd’hui officiellement bannie des États-Unis. La licence temporaire que le gouvernement américain lui accordait n’est plus valable. Cela signifie que Huawei n’a plus de licence Android.

Que vont devenir les smartphones Huawei ?

Les États-Unis renforcent un peu plus les restrictions qui visent à bannir Huawei de leur sol. Le ministère du commerce américain a annoncé le 17 août que les restrictions commerciales seront désormais étendues à d’autres filiales de l’entreprise chinoise. Pour être précis ce sont 38 nouvelles filiales de Huawei qui rejoignent la liste noire rédigée par le gouvernement américain. Cela porte à 152 le nombre de filiales du groupe chinois, interdites sur le sol américain. Les entreprises américaines ont reçu l’ordre formel de ne pas travailler avec ces entreprises.

On se demandait en février à quoi ressemblerait la relation entre Google et Huawei… Aujourd’hui nous avons la réponse : cette relation est sur le point de s’éteindre. Cette nouvelle aura évidemment un impact sur les mises à jour du système d’exploitation. Les smartphones Huawei tournent tous sous Android à ce jour. Avec l’expiration de cette licence, l’avenir des téléphones Huawei est donc incertain…

La fin de la licence temporaire complique la tâche au géant chinois

La licence temporaire que le gouvernement des États-Unis accordait au chinois pour opérer une phase de transition avec ses partenariats américains vient d’expirer. Selon le secrétaire au commerce Wilbur Ross, les règles initiales, imposées en mai, permettaient à Huawei de préparer une transition sereinement. À compter de ce jour, Huawei et ses filiales ne peuvent plus travailler avec aucune entreprise américaine. Le ministère du commerce a déclaré que :

« La licence a fourni une opportunité pour les utilisateurs d’appareils Huawei et les fournisseurs de télécommunications de continuer à exploiter temporairement ces appareils et les réseaux existants tout en accélérant la transition vers d’autres fournisseurs ».

Huawei va également rencontrer un autre problème de taille dans les semaines à venir. L’entreprise pourrait bien être à court de puces pour fabriquer ses smartphones. En effet, la production des puces Kirin 9000, conçues par les propres ingénieurs de Huawei à destination des appareils haut de gamme de la marque, devra s’arrêter le 15 septembre. En effet, celles-ci étaient jusque-là produites par la firme Taiwan Semiconductor Manufacturing Co. (TSMC) qui utilisait des technologies de fabrication américaine, a déclaré Yu Chengdong, PDG de Huawei, lors d’un forum des industries technologiques. Il précise que Huawei n’a pas les capacités de fabriquer ses propres puces.