Le 6 août dernier, Donald Trump signait un décret ayant pour effet de bannir WeChat des États-Unis. Une décision pourrait se répercuter rapidement sur de nombreuses firmes américaines puisque Tencent, maison-mère de l’application, a investi dans de nombreuses sociétés originaires du pays de l’oncle Sam, telles que Riot Games ou encore Tesla. Ce décret pourrait avoir également un impact important sur Apple, qui est profondément ancré en Chine.

Apple pourrait voir ses ventes d’iPhone baisser de 30%…

La question se pose : avec ce décret dernièrement signé par Donald Trump, Apple devra-t-il retirer WeChat seulement de son AppStore américain ou devra-t-il le retirer dans le monde entier ? Pour l’analyste Ming-Chi Kuo, la seconde solution pourrait être désastreuse pour la firme à la pomme. Dans une étude relayée sur MacRumors, le spécialiste estime en effet que les ventes d’iPhone pourraient chuter de 25 à 30% si jamais la société était contrainte de retirer de façon globale l’application WeChat de son magasin d’applications

De fait, WeChat est extrêmement populaire en Chine et compte, depuis début 2019, plus d’un milliard d’utilisateurs actifs au quotidien. Passée au statut de « super-app », l’application n’est plus un simple service de messagerie : elle permet d’effectuer des courses, faire des virements, peut être utilisée comme titre de transport… Elle est devenue incontournable et irremplaçable pour ses utilisateurs. Ming-Chi Kuo explique :

« Comme WeChat est devenu une nécessité quotidienne en Chine, intégrant des fonctionnalités de messagerie, de paiement, de commerce électronique, de réseaux sociaux ou encore de lecture d’actualités, nous pensons que les livraisons de produits d’Apple sur le marché diminueront considérablement si l’App Store ne permettait plus de télécharger la super-app. Nous estimons que les expéditions annuelles d’iPhone seront révisées à la baisse de 25 à 30 %, et que les expéditions annuelles d’autres appareils d’Apple, tels que les AirPods, iPad, Apple Watch et Mac, seront révisées à la baisse de 15 à 25 %. »

… Sauf si l’interdiction est effective seulement aux États-Unis

En revanche, si le décret signé par Donald Trump prévoit que WeChat soit seulement retiré de l’AppStore américain, les pertes pour Apple seront beaucoup moins importantes. Dans le scénario le plus optimiste simulé par Ming-Chi Kuo, la firme à la pomme verrait ses ventes d’iPhone baisser « que » de 3 à 6%. Les autres produits de la marque, quant à eux, seraient touchés par une baisse inférieure à 3%.

Ce n’est pas un scénario idéal, mais il permettrait tout de même à Apple de sauver les meubles. Pour rappel, le marché chinois est extrêmement important pour la firme de Tim Cook qui, au seul mois d’avril 2020, y a vendu 3,9 millions d’iPhones.