Techcrunch affirme qu’un e-mail a bien été envoyé à plusieurs personnes ayant manifesté leur intérêt pour Starlink. Ils seront les premiers bêta-testeurs du réseau Internet fourni par ces satellites envoyés en orbite il y a seulement quelques mois. La constellation Starlink de SpaceX compte désormais 538 satellites, et commercera à fournir une connexion haut débit à quelques américains et canadiens dès cet été.

Les premiers tests du réseau Starlink vont démarrer cet été

Elon Musk est un éternel impatient. Tout doit aller très vite et c’est pour cette raison qu’à peine un an après les premiers lancements de ses satellites, une première offre pour des bêta-testeurs est déjà sur le marché. Un mail a été envoyé à un panel d’américains et de canadiens pour leur réclamer leur code postal. Le mail en question affirme que ce bêta test privée débutera cet été, et qu’une phase de bêta publique suivra.

Le dernier lancement des satellites Starlink avait lieu au moins de juin dernier. 58 satellites ont de nouveau été envoyés à bord de la fusée Falcon 9 pour rejoindre la constellation qui se trouve déjà en orbite autour de la Terre. Ces 58 nouveaux satellites étaient légèrement différents des précédents. En effet, ils sont désormais équipés d’une visière qui fait office de pare-soleil. Elon Musk tente de réduire l’impact lumineux de sa constellation qui perturbe le travail des astronomes.

Plusieurs règles à respecter pour les bêta-testeurs

D’après les détails dont nous disposons, pour utiliser le service de Starlink, les bêta-testeurs devront s’équiper avec du matériel spécialisé pour optimiser la réception et la transmission de données vers et depuis la constellation Starlink. Ils devront également avoir une « vue dégagée » pour que le service fonctionne. Ils devront installer cette petite antenne parabolique, fournie gratuitement par Starlink, au-dessus de leur logement.

Aperçu des antennes paraboliques fournies par Starlink.

Dans l’e-mail envoyé aux bêta-testeurs, Starlink précise que le réseau sera surveillé et interdit toute activités illégales, comme le téléchargement illégal, le piratage ou le stockage de logiciels piratés. SpaceX se réserve même le droit de mettre fin à la participation du bêta-testeur en fonction de ses activités sur le web. Starlink demande à ces les bêta-testeurs de ne pas divulguer les informations concernant le réseau, notamment à propos de sa vitesse et de sa qualité. Enfin, ils devront absolument utiliser Internet au quotidien pendant au moins 30 minutes.

Bientôt le lancement des premières offres commerciales ?

Les personnes concernées par cette première phase sont des bêta-testeurs qui ont manifesté leur intérêt en s’inscrivant pour recevoir des mises à jour sur Starlink. Pour le moment, très peu de personnes ont pu utiliser une connexion Internet alimentée par Starlink. Seuls le fondateur et PDG de SpaceX, Elon Musk et le plus gros investisseur de l’entreprise, Steve Jurvetson, ont eu ce privilège. L’US Army va également tester le réseau de satellites de l’entreprise dans quelques mois.

Trois autres lancement sont prévus avant la fin de l’été ce qui devrait porter le nombre de satellites à plus de 700 et permettre aux bêta-testeurs de profiter d’une connexion stable. Pour anticiper l’avenir, SpaceX a déjà formulé une demande de licence d’opérateur de télécommunications au Canada dans l’intention de fournir son réseau aux régions les plus rurales du pays. Aux États-Unis, l’entreprise est également éligible pour « réduire le fossé creusé par le haut débit ».