C’est le niveau le plus bas jamais atteint depuis 2013. Les ventes de smartphones ont chuté violemment au cours de ce premier trimestre de l’année 2020. Évidemment nous connaissons la cause de cette chute spectaculaire : la pandémie de Covid-19 qui a contraint plusieurs milliards d’habitants à rester enfermés chez eux.

Le niveau le plus bas depuis 2013 pour les ventes de smartphones

Les spécialistes savaient que les chiffres seraient mauvais. En revanche ils ne pensaient pas qu’ils tomberaient si bas. Même si le premier trimestre n’est généralement pas une très bonne période pour le commerce, celui-ci est particulièrement catastrophique. Les ventes ont chuté de 13% par rapport à la même période sur l’année précédente.

Graphique montrant l'évolution du marché du smartphone.

Crédit : Canalys

Après deux trimestres consécutifs de croissance soutenue, les ventes de smartphones viennent de subir un coup dur. Comme de nombreux autres secteurs d’activité, l’industrie des smartphones fait partie de ceux qui auront subi les conséquences du Covid-19. Selon Ben Stanton, analyste très pointu de ce marché :

“En février, lorsque le coronavirus était centré sur la Chine, les vendeurs étaient surtout préoccupés par la manière de construire suffisamment de smartphones pour répondre à la demande mondiale. Mais en mars, la situation a basculé. La fabrication des smartphones s’est redressée, mais alors que la moitié du monde est entrée en période de verrouillage, les ventes ont chuté”.

Les confinés ont réduit leurs dépenses

Le confinement chinois a eu un impact direct sur les ventes de smartphones à travers le monde puisque les usines des fabricants étaient à l’arrêt. La production du prochain iPhone a par exemple été repoussée à cause de la fermeture des usines. Ce fût la première étape d’une dégringolade en chaîne.

Au mois de février, Strategy Analytics rapportait déjà une baisse des expéditions de 38%. 61.8 millions de mobiles expédiés, contre 99.2 millions un an plus tôt. Les conséquences d’une demande en berne en Asie, durement touchée par le virus. La tendance s’est poursuivie en mars et en avril à travers l’Europe et les États-Unis.

Une vaste étude menée par le cabinet Kantar montrait récemment que les confinés ont réduit leurs dépenses depuis le début de la crise. Par exemple en Italie, 82% des personnes interrogées estimaient que la pandémie aurait un impact direct sur leurs revenus. En France et au Japon, 65% des sondés estimaient que les revenus du ménage seraient impactés par cette crise.

Une situation qui permet à Samsung de remonter sur la première marche du podium, malgré une baisse considérable de ses ventes. Huawei se place en deuxième position et constate une baisse de 17% de ses ventes au cours du premier trimestre. Tandis qu’Apple arrive en troisième position et note une baisse de 8%. Ben Stanton affirme que :

“La plupart des fabricants de smartphones s’attendent à ce que le deuxième trimestre représente le pic de l’impact du coronavirus sur leurs ventes. Le pire est à venir”.